À Washington

05 mai 2018 17:23; Act: 05.05.2018 17:27 Print

La caméra dans les WC tombe et trahit un officier

L'engin était en place depuis de nombreux mois dans l'ambassade néo-zélandaise. Le voyeur présumé plaide non coupable.

storybild

L'ambassade de Nouvelle-Zélande à Washington. (photo: Google Maps)

Sur ce sujet

Un officier supérieur de la marine néo-zélandaise est accusé d'avoir caché une caméra dans les toilettes de l'ambassade de Nouvelle-Zélande à Washington pour tenter d'obtenir des images intimes de gens dans la salle de bain, selon une décision de justice rendue publique vendredi.

L'ancien contre-amiral Alfred Keating, 58 ans, exerçait les fonctions d'attaché militaire à l'ambassade quand la caméra avait été découverte en juillet 2017 dans un WC unisexe. «La caméra avait été installée à dessein dans un conduit de chauffage de la salle de bain. La hauteur et l'orientation signifiaient qu'elle enregistrait les gens qui arrivaient et se servaient des toilettes», écrit le juge Grant Powell de la Haute Cour dans un jugement d'inculpation rendu public vendredi.

Épaisse couche de poussière

L'engin avait été découvert quand il était tombé par terre. L'épaisseur de la couche de poussière qui recouvrait son support montrait que la caméra était là depuis de nombreux mois. La Haute Cour a refusé de masquer l'identité de l'officier qui avait argué que lui et sa famille seraient exposés «à des difficultés extrêmes» si elle était révélée. M. Keating bénéficiait aux Etats-Unis de l'immunité diplomatique mais en Nouvelle-Zélande, la police a mené une perquisition à son domicile.

Aucune image indécente n'a été découverte mais les enquêteurs ont retrouvé sur son ordinateur personnel le logiciel correspondant à la caméra. L'ADN récupéré sur la carte mémoire de l'engin correspond à celui du suspect. Inculpé en mars pour tentative d'enregistrement d'images intimes, il a démissionné ensuite de l'armée. Il plaide non coupable et l'affaire suit son cours.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.