«National Geographic»

25 novembre 2021 20:54; Act: 26.11.2021 09:10 Print

La célèbre «Afghane aux yeux verts» est en Italie

L’Afghane Sharbat Gula, immortalisée en 1985 en couverture de la revue «National Geographic», a été évacuée vers l’Italie après la prise de Kaboul par les talibans.

Sur ce sujet
Une faute?

C’est un communiqué officiel italien qui l’a annoncé jeudi. «La ressortissante afghane Sharbat Gula est arrivée à Rome» après que le gouvernement italien eut «facilité et organisé son transfert». Sharbat Gula? Cette jeune femme aux yeux verts, mis en valeur par un foulard rouge, est devenue célèbre après la publication, en 1985, d’une photo prise l’année précédente dans un camp de réfugiés afghans au Pakistan, par le photographe Steve McCurry.

«L’espace de quelques secondes, tout était parfait, la lumière, l’arrière-plan et l’expression de ses yeux», a raconté Steve McCurry dans son livre «Inédit».

Renvoyée au Pakistan en 2016

Cette mère de quatre enfants, analphabète, affirme être arrivée au Pakistan orpheline, quatre ou cinq ans après l’invasion soviétique de 1979, comme des millions d’Afghans qui avaient fui les combats de l’autre côté de la frontière. En 2016, elle a été renvoyée dans son pays, le Pakistan accentuant à l’époque la pression sur les réfugiés afghans pour qu’ils quittent son territoire.

L’Italie, qui était avec les États-Unis, la Turquie, le Royaume-Uni et l’Allemagne, l’un des cinq pays les plus engagés au sein de la mission «Resolute Support» de l’OTAN en Afghanistan, a évacué des milliers d’Afghans du pays après le retrait américain, en août.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • michel23 le 26.11.2021 07:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je peux être content pour elle, mais je peux aussi être très inquiet pour les millions de femmes afghanes restées au pays.

  • dreamcatcher le 26.11.2021 09:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    contente qu'elle soit tj en vie et à l'abri en Italie ( pas hélas le cas de toutes ses compatriotes..) ses yeux qui étaient verts vifs reflets de son innocence d'enfant se sont certe assombris..mais 33 ans + tard ,les années, les maternités et les conflits n'ont pas eut trop d'emprise sur elle .On la reconnaît très bien ! Qu'avec sa famille elle connaisse enfin paix et quiétude !

  • Espoir le 25.11.2021 21:20 Report dénoncer ce commentaire

    Toute personne mise à l'abri est une excellente nouvelle

Les derniers commentaires

  • TRAITEMENT FISCAL APPLICABLE... le 26.11.2021 14:42 Report dénoncer ce commentaire

    Des yeux splendides, magnifiques wauwwww!

  • dreamcatcher le 26.11.2021 09:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    contente qu'elle soit tj en vie et à l'abri en Italie ( pas hélas le cas de toutes ses compatriotes..) ses yeux qui étaient verts vifs reflets de son innocence d'enfant se sont certe assombris..mais 33 ans + tard ,les années, les maternités et les conflits n'ont pas eut trop d'emprise sur elle .On la reconnaît très bien ! Qu'avec sa famille elle connaisse enfin paix et quiétude !

  • Kevin P le 26.11.2021 09:14 Report dénoncer ce commentaire

    C'est juste une photo mise en scène pour faire vendre une revue. Cette soi-disant célébrité ne l'a pas sortie de la misère pour autant! Merci NG...

  • allo le 26.11.2021 09:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @lulu Apparemment tu ne connais rien à la photo et notamment celle de reportage. Et bien sûr en 1985, dans ces pays , la principale préoccupation des parents étaient le droit à l’image. Alors que faim, violences, viols etc étaient secondaires, n’est-ce pas ?

  • Quel objectif ? le 26.11.2021 09:08 Report dénoncer ce commentaire

    Les yeux vers l'objectif.