Missiles américains en Asie

06 août 2019 06:58; Act: 06.08.2019 07:54 Print

«La Chine ne restera pas les bras croisés»

Pékin a mis en garde les États-Unis, mardi, contre un déploiement de missiles en Asie-Pacifique, à la suite du retrait du traité INF.

storybild

Donald Trump et Xi Jinping.

Sur ce sujet
Une faute?

La Chine a mis en garde mardi les États-Unis contre un déploiement de missiles dans la région Asie-Pacifique et a appelé les pays de la région, nommément le Japon, la Corée du Sud et l'Australie, à la «prudence».

«La Chine ne restera pas les bras croisés et sera dans l'obligation de prendre des mesures de rétorsion si les États-Unis devaient déployer des missiles terrestres de moyenne portée dans cette région du monde», a averti devant la presse le directeur général du département du contrôle des armements du ministère des Affaires étrangères, Fu Cong.

À l'orée d'une tournée dans la région, le nouveau chef du Pentagone, Mark Esper, a déclaré samedi qu'il souhaitait déployer «le plus tôt possible» en Asie de nouvelles armes conventionnelles de portée intermédiaire, maintenant que les États-Unis ont dénoncé le traité de désarmement INF. Il n'a pas précisé où les États-Unis avaient l'intention de positionner ces armements mais sa tournée dans la région devait le conduire en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Japon, en Mongolie et en Corée du Sud.

Concurrencer la Chine

Interrogé, Fu Cong n'a pas voulu préciser quelles mesures de rétorsion Pékin pourrait prendre. «Nous appelons les pays voisins à faire preuve de prudence et à ne pas permettre un déploiement de missiles américains sur leur sol, car cela n'entrerait pas dans l'intérêt de leur sécurité nationale», a-t-il averti.

Accusant la Russie de le violer depuis des années, les États-Unis se sont retirés vendredi du traité de désarmement INF, conclu pendant la Guerre froide entre Washington et Moscou pour interdire totalement les missiles terrestres de portée intermédiaire (de 500 à 5 500 km). Washington est désormais libre de venir concurrencer la Chine, dont l'arsenal est largement constitué d'armes du type interdit par le traité INF, dont Pékin n'a jamais été signataire. Mark Esper a assuré que les États-Unis ne se lançaient pas dans une nouvelle course aux armements: «À l'heure actuelle, nous ne prévoyons pas de fabriquer des armes de type INF à tête nucléaire», a-t-il déclaré.

(L'essentiel/afp)