Cocaïne

19 septembre 2018 21:47; Act: 20.09.2018 11:39 Print

La Colombie reste le premier producteur

La Colombie reste le principal fabricant de cocaïne du monde, avec des hausses record des plantations de coca, selon les chiffres publiés mercredi par l'ONU.

storybild

En Colombie, la capacité de production de cocaïne a augmenté de 31%, par rapport à 2016, à 1 379 tonnes. (photo: Archive/photo d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

La Colombie reste le principal producteur de cocaïne du monde, avec des hausses record des plantations de coca et de son potentiel de production de cette drogue en 2017, a annoncé mercredi l'ONU. Les cultures illicites de feuilles de coca se sont accrues de 17% à 171 000 hectares et la capacité de production de cocaïne a augmenté de 31% par rapport à 2016 à 1 379 tonnes, des chiffres inédits depuis le début de ces mesures en 2001, a indiqué l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans son rapport annuel présenté à Bogota.

«Je veux exprimer ma profonde préoccupation quant à la quantité d'argent que génèrent les drogues illégales», a déclaré le représentant en Colombie de cette agence de l'ONU, Bo Mathiasen. En 2016, la superficie totale des plantations de coca, dont la feuille est la matière première de la cocaïne, atteignait 146 000 ha et la capacité de production de la drogue 866 tonnes. Le département de Colombie le plus affecté reste le Nariño (sud-ouest), frontalier de l’Équateur sur la côte Pacifique, avec une superficie de cultures de coca aussi grande que pour tout le Pérou, deuxième pays du monde en termes de plantations illicites.

80% des cultures sont dans les mêmes lieux depuis dix ans

Des gangs de narco-trafiquants et des groupes dissidents de l'ex-guérilla Farc, désarmée et transformée en parti politique depuis l'accord de paix de 2016, se disputent le contrôle de cette zone stratégique pour l'exportation de la cocaïne vers les États-Unis, premier consommateur du monde. Les régions frontalières de l’Équateur et du Venezuela sont celles qui comptent les plus importantes superficies de narco-cultures, selon M. Mathiasen. Ainsi 64% des hausses de plantations illicites ont été enregistrées dans les départements d'Antioquia (nord-ouest), Cauca (ouest), Putumayo (sud) et Norte de Santander (nord-est).

Et 80% des cultures sont dans les mêmes lieux depuis dix ans, a-t-il souligné. La Colombie reste ainsi le premier cultivateur de coca et producteur de cocaïne devant le Pérou (43 900 ha) et la Bolivie (24 500), toujours selon l'ONU. Le président colombien Ivan Duque, au pouvoir depuis le 7 août, s'est engagé à supprimer, au cours de ses quatre années de mandat, au moins 140 000 ha de narco-plantations, dont l'augmentation préoccupe Washington.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Snif le 20.09.2018 12:20 Report dénoncer ce commentaire

    C'est stupéfiant!

Les derniers commentaires

  • Snif le 20.09.2018 12:20 Report dénoncer ce commentaire

    C'est stupéfiant!