Péninsule coréenne

22 novembre 2017 07:21; Act: 22.11.2017 10:24 Print

La défection filmée du soldat nord-​​coréen

Des images spectaculaires de la défection d'un soldat nord-coréen à la frontière avec le Sud ont été rendues publiques, mercredi.

op Däitsch
Sur ce sujet

Des images dramatiques ont été diffusées mercredi, montrant la défection rare, le 13 novembre, d'un militaire nord-coréen grièvement blessé en franchissant la frontière sous les balles des soldats du Nord, avant d'être secouru par l'armée sud-coréenne.

Rendues publiques par le Commandement des Nations unies en Corée (UNC), ces images de vidéosurveillance montrent en outre un des gardes nord-coréens lancés à la poursuite du fuyard passant brièvement la ligne de démarcation (LDM) avant de se raviser et de repartir au Nord, ce que l'UNC décrit comme une violation de l'accord d'armistice de 1953. La scène qui rappelle les pires heures de la guerre froide s'est déroulée l'après-midi du 13 novembre dans la «zone commune de sécurité» (JSA) à Panmunjom, seul secteur de la Zone démilitarisée (DMZ) où les deux armées rivales se font face. Grièvement blessé après avoir été touché par au moins quatre balles nord-coréennes, le militaire nord-coréen qui a fait défection est toujours hospitalisé au Sud.

Il est très rare que des militaires nord-coréens passent au Sud par la JSA, qui est une attraction touristique majeure pour les étrangers visitant la Corée du Sud. Mais comme tous les lundis, aucune visite guidée n'avait lieu ce 13 novembre. Les images de plusieurs caméras de vidéosurveillance montrent d'abord une jeep conduite par le défecteur roulant à vive allure sur une route totalement déserte menant depuis le côté Nord au village frontalier de Panmunjom, avant de s'immobiliser tout près de la ligne de démarcation.

Sang-froid

Le militaire sort du véhicule et se lance dans une course éperdue vers le Sud, poursuivi par plusieurs soldats nord-coréens qui lui tirent dessus. La plupart des Nord-Coréens s'arrêtent avant de franchir la démarcation, mais l'un d'eux la traverse, effectue plusieurs pas avant d'hésiter et de retourner au Nord.

D'autres images montrent ensuite des militaires sud-coréens se portant en rampant au secours du fugitif grièvement blessé et allongé côté Sud. Le colonel Chad Carroll, porte-parole de l'UNC, a déclaré aux journalistes que les images montraient un garde «courant pendant quelques secondes au-delà de la LDM avant de repartir du côté Nord». Les enquêteurs de l'UNC ont conclu que l'armée nord-coréenne avait doublement violé l'armistice qui avait mis fin à la Guerre de Corée (1950-1953), d'une part en tirant en direction de la ligne de démarcation, et d'autre part en la franchissant. L'UNC a «demandé une réunion (avec la Corée du Nord) pour discuter de notre enquête et des mesures pour empêcher de telles violations futures», a-t-il ajouté.

Les militaires sud-coréens et le personnel américain de faction près de la ligne de démarcation n'ont pas ouvert le feu, a par ailleurs relevé le colonel qui a salué leur sang-froid, alors que toute riposte venant du Sud aurait pu déclencher des incidents encore plus graves.

Il a repris conscience

Ils «ont fait preuve d'autodiscipline et ont pris des décisions judicieuses au moment où la situation sur le terrain n'était pas aussi claire que ce que nous pouvons voir désormais sur la vidéo», a-t-il dit, saluant leur «courage» qui a permis de «désamorcer une situation incertaine et ambiguë». De son côté, le médecin qui a opéré le fugitif a annoncé mercredi qu'il avait repris conscience mais qu'il devrait passer encore plusieurs jours en soins intensifs. «Le patient, qui montre des signes de dépression dus au stress psychologique intense après deux séries d'opérations chirurgicales majeures, devra passer des examens pour des troubles de stress post-traumatique», a dit le docteur Lee Cook-Jong, qui a confié avoir pu s'entretenir avec le soldat. «La raison qui l'a poussé à faire défection, à risquer la mort et braver une fusillade, est qu'il fonde beaucoup d'espoirs sur la Corée du Sud», a-t-il dit.

Les médecins ont par ailleurs réalisé que le militaire était infesté par les parasites intestinaux, ce qui pourrait s'expliquer par un manque d'hygiène. L'agence sud-coréenne Yonhap a cité mardi un responsable gouvernemental indiquant que, fonction de l'évolution de son état, le militaire nord-coréen pourrait être interrogé sous quatre à cinq jours par des enquêteurs sud-coréens. Cette défection est intervenue sur fond de tensions sur la péninsule en raison des programmes nucléaire et balistique nord-coréens. Les États-Unis ont imposé mardi de nouvelles sanctions ciblées contre treize entreprises et entités, nord-coréennes mais aussi chinoises, pour renforcer la pression sur Pyongyang.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Lokmis le 22.11.2017 11:45 Report dénoncer ce commentaire

    Finalement, la Lorraine c'est pas si mal...

  • realite le 22.11.2017 18:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Combien sont morts en passant le mur de Berlin ?

  • Grand Maître le 22.11.2017 12:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et après vous critiquez Trump.

Les derniers commentaires

  • realite le 22.11.2017 18:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Combien sont morts en passant le mur de Berlin ?

  • Grand Maître le 22.11.2017 12:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et après vous critiquez Trump.

    • Encore plus grand le 22.11.2017 15:11 Report dénoncer ce commentaire

      On critique AUSSI Trump (grande difference). On peut que critiqué un à la fois ou comment ca se passe ?

    • Jonn le 22.11.2017 15:21 Report dénoncer ce commentaire

      Ce n'est pas parce qu'il y a quelqu'un de pire que l'autre est bien ;)

  • Lokmis le 22.11.2017 11:45 Report dénoncer ce commentaire

    Finalement, la Lorraine c'est pas si mal...