Aux États-Unis

17 septembre 2020 21:49; Act: 18.09.2020 14:55 Print

La dépression Sally a fait une première victime

Jeudi, les états américains d’Alabama et la Floride ont été frappés par la tempête tropicale Sally. Un mort est à déplorer.

Sur ce sujet
Une faute?

Des trombes d’eau se sont abattues entre mercredi et jeudi sur l’Alabama et la Floride, dans le sud-est des États-Unis, dans le sillage de la tempête Sally, qui a fait au moins un mort selon les autorités locales, et provoqué d’importantes inondations et coupures de courant.

Une personne est décédée dans la ville côtière d’Orange Beach, en Alabama, a confirmé jeudi à l’AFP le lieutenant Trent Johnson, de la police locale.

Rétrogradé en tempête tropicale

Sally a touché terre mercredi à 4h45 à Gulf Shores, une petite ville de l’Alabama. Il s’agissait alors d’un ouragan de catégorie 2 (sur 5), qui a depuis été rétrogradé en tempête tropicale, puis en dépression tropicale.

Ses vents se sont nettement calmés et n’atteignent plus désormais qu’une vitesse maximale de 45 km/heure. La dépression se déplace en revanche lentement, ce qui signifie des pluies continues sur les mêmes zones pendant une période prolongée, intensifiant la montée des eaux, selon le dernier bulletin du Centre national des ouragans (NHC) à 15h GMT jeudi.

Torrents d’eau

Transformées en torrents pendant le passage de Sally, les rues de certaines villes en Alabama et en Floride, comme Orange Beach et Pensacola, étaient jonchées de débris et de branches d’arbres. À Orange Beach, des bateaux de plaisance ont même été déplacés par les vents jusque sur les quais de la marina.

«Les vitres de notre maison ont éclaté à 3 ou 4 heures du matin et toute la maison tremblait comme un bateau sur l’eau. C’était effrayant», a raconté Matt Wilson, habitant de la ville, à la chaîne locale WPMI. «De nombreuses zones connaissent des inondations d’un niveau historique», a déclaré mercredi Kay Ivey, la gouverneure de l’Alabama, où l’état d’urgence avait été déclaré en début de semaine.

Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis, a lui aussi décrété l’état d’urgence pour des comtés du nord-ouest de l’État, et indiqué qu’il se rendrait à Pensacola, jeudi, pour évaluer les dégâts.

Plus de 400 000 personnes étaient toujours privées l’électricité jeudi matin, dans les deux États, selon le site poweroutage.us. La dépression se déplaçait vers la Géorgie, où elle devrait continuer à s’affaiblir jusqu’à vendredi.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.