Aux États-Unis

06 juin 2020 22:20; Act: 06.06.2020 22:20 Print

La foule réunie à Washington pour George Floyd

Washington, Philadelphie, New York: des milliers d'Américains ont manifesté samedi contre le racisme et les brutalités policières et rendu hommage à la mémoire de George Floyd.

storybild

Des dizaines de milliers d'Américains ont rendu hommage à George Floyd, comme ici à New York. (photo: AFP/Scott Heins)

Sur ce sujet
Une faute?

Sous un soleil de plomb, s'arrêtant parfois pour poser un genou à terre, une foule dense se massait dans la capitale fédérale américaine, dans les rues menant à la Maison-Blanche mais aussi aux abords du Capitole et du mémorial de Lincoln. C'est devant cet imposant monument que le pasteur d'Atlanta Martin Luther King avait, le 28 août 1963, face à près de 250 000 personnes, lancé «I have a dream» dans un discours devenu une référence de la lutte des droits civiques.

«Nous sommes de retour ici, avec un nouveau message d'espoir», confie Deniece Laurent-Mantey, Afro-Américaine de 31 ans. Contrairement à ce mouvement emblématique des années 60, ou aux autres rassemblements que la capitale à l'habitude d’accueillir, les manifestations de samedi n'étaient pas centrées sur un événement ou une allocution. Plus d'une dizaine de collectifs, dont plusieurs se sont formés spontanément sur les réseaux sociaux après la mort de George Floyd, ont appelé à envahir les rues de la capitale.

Une ambiance très familiale

Sur l’imposant grillage dressé devant la résidence de Donald Trump ont été accrochées les têtes de George Floyd, Michael Brown, Trayvon Martin, Breonna Taylor, des Afro-Américains tous morts aux mains de la police américaine ces dernières années. Depuis la Maison-Blanche, où il passe le week-end, Donald Trump a poursuivi son intense activité sur Twitter sans évoquer les manifestations.

En face, dans une ambiance très familiale, les manifestants entonnaient tour à tour classiques du soul et slogans politiques comme «No Justice, No Peace, No racist Police» (Pas de justice, Pas de paix, Pas de police raciste), profitant des bouteilles d'eaux glacées distribuées par de nombreuses associations, sous une chaleur accablante. Présente sur place, la maire de Washington Muriel Bowser, cible des tweets moqueurs du président américain, a jugé qu'il était temps de dire «Au suivant» en novembre, en référence à l'élection présidentielle prévue dans 150 jours.

Le mouvement a fait tâche d'huile

«J'ai l'impression que nous nous sommes battus, battus, battus et que tout d'un coup, tout a éclaté au grand jour» se félicite Patricia Thompson, 55 ans, en référence à toutes les entreprises et organisations américaines qui ont selon elle pris publiquement position «contre le racisme institutionnel» pour la première fois après cette interpellation mortelle.

Entraîné par une mobilisation massive sur les réseaux sociaux, le mouvement a fait tâche d'huile jusqu'à Londres, Pretoria, Paris et même Sydney, où au moins 20 000 personnes ont manifesté samedi. Après une première cérémonie émouvante à Minneapolis jeudi, les proches de cet Afro-Américain de 46 ans asphyxié par un policier blanc lors d'une interpellation, lui ont rendu un nouvel hommage dans l'intimité familiale à Raeford, dans son État natal de Caroline du Nord. Ses obsèques sont prévues le 9 juin à Houston.

Les «prises d'étranglement» interdites

Les nouveaux exemples de violences policières, notamment lors de la répression de ces protestations parfois violentes, nourrissent la colère à l'origine des manifestations qui secouent les Etats-Unis depuis la mort de George Floyd. Plusieurs vidéos montrant des interventions policières musclées face à des manifestants pacifiques ont émergé ces derniers jours.

En prévision des nouvelles manifestations, le chef de la police de Seattle a annoncé l'interdiction du recours au gaz lacrymogène pour trente jours.La police de Minneapolis a aussi annoncé vendredi qu'elle interdisait dorénavant les «prises d'étranglement», technique dangereuse notamment utilisée en 2014 à New York sur Eric Garner, autre homme noir décédé aux mains de la police dont les cris «Je ne peux pas respirer» ont également été prononcés par George Floyd lors de sa mort.

Mais les marches vont désormais au-delà de ce seul cas, pour dénoncer un racisme systémique et réclamer un véritable changement. Elles sont ces derniers jours restées pacifiques et plusieurs villes, dont Washington, Seattle et Los Angeles, ont désormais levé leur couvre-feu. Mais pas New York, où il est maintenu jusqu'à dimanche soir.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Tony le 07.06.2020 07:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive le covid 19. La pour le. Coup l immunisation de groupe est réussie. Les neurones de certains ont cesser de fonctioner.

  • duvaro le 06.06.2020 22:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On va avoir droit à ce cirque pendant combien de semaines ?

  • Ludo le 07.06.2020 07:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est extraordinaire à quel point la pandémie a été relégué au second plan. Les médias supportent ces manifestations après avoir joué avec nos peurs pendant 3 mois tout ça pour des raisons politiques avec les élections US en novembre. Et maintenant ? Deuxième vague dans 15j et on repart pour un confinement qui sera fatal pour notre économie ? Le racisme est un fléau à combattre mais le timing est malheureux et purement politique.

Les derniers commentaires

  • Ludo le 07.06.2020 07:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est extraordinaire à quel point la pandémie a été relégué au second plan. Les médias supportent ces manifestations après avoir joué avec nos peurs pendant 3 mois tout ça pour des raisons politiques avec les élections US en novembre. Et maintenant ? Deuxième vague dans 15j et on repart pour un confinement qui sera fatal pour notre économie ? Le racisme est un fléau à combattre mais le timing est malheureux et purement politique.

  • Tony le 07.06.2020 07:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive le covid 19. La pour le. Coup l immunisation de groupe est réussie. Les neurones de certains ont cesser de fonctioner.

  • MarcC le 06.06.2020 23:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je n’ai qu’une phrase, Je suis G. Floyd

  • duvaro le 06.06.2020 22:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On va avoir droit à ce cirque pendant combien de semaines ?