En Afrique du Sud

07 septembre 2018 15:18; Act: 07.09.2018 17:13 Print

La girafe panique: mère et fils entre la vie et la mort

Une scientifique américaine et son fils de 3 ans sont dans un état critique, après avoir été pris pour cible par un animal qui voulait, semble-t-il, protéger son petit.

Sur ce sujet

Une Américaine de 35 ans et son fils de 3 ans sont entre la vie et la mort après avoir été victimes d'une attaque rare, lundi, dans une réserve près de Hoedspruit (nord-est). D'après le «Daily Mail», Katy Williams et son mari britannique Sam travaillent au Blyde Wildlife Estate en tant que scientifiques. Le trentenaire était en train de rentrer du boulot lorsqu'il s'est retrouvé face à une scène aussi improbable que terrifiante: une girafe était en train de s'acharner sur sa femme et son fils.

L'animal se promenait avec son petit de 2 mois, et il est possible qu'il se soit senti menacé par la soudaine apparition de Katy et Finn. Sam s'est précipité pour faire fuir la girafe en furie, mais le mal était déjà fait. Après l'intervention rapide de l'équipe médicale de la réserve, la scientifique et son enfant ont été héliportés vers Johannesburg, dans un état critique. Le petit garçon a dû se faire retirer un caillot de sang dans le cerveau. «On nous a annoncé que Finn aura des séquelles neurologiques», a déclaré sa tante au «Sun».

Également opérée, Katy a été plongée dans un coma artificiel. Les deux sont actuellement dans un état stable, mais critique. Dans un communiqué, Sam Williams a évoqué «un acte malheureux de la nature» et publié deux photos de famille. «Nous sommes tous choqués après ce très triste accident et nous leur assurons qu'ils sont dans nos prières», a déclaré Riaan Cilliers, manager de la réserve.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • cocou le 07.09.2018 19:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pauvres animaux

  • mike le 07.09.2018 17:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    à un moment il faut peut être laisser ces animaux tranquille

  • vrai travailleur le 08.09.2018 14:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait sans doute paralyser ces animaux sauvages pour que l on puisse faire des selfies en toute sécurité sinon qu’est-ce qu’on va bien pouvoir mettre sur nos Facebook c’est inadmissible

Les derniers commentaires

  • Rino le 09.09.2018 09:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mais donc, on ne respect même plus la distance entre animaux et visiteurs...surprise programmée....il ne faut pas s'étonner d'une réaction pareille.

  • vrai travailleur le 08.09.2018 14:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait sans doute paralyser ces animaux sauvages pour que l on puisse faire des selfies en toute sécurité sinon qu’est-ce qu’on va bien pouvoir mettre sur nos Facebook c’est inadmissible

  • aide soignant le 07.09.2018 21:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Arrêtez d aller les embêter et cela n arrivera pas... Je dit ça je dit rien...

  • cocou le 07.09.2018 19:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pauvres animaux

  • mike le 07.09.2018 17:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    à un moment il faut peut être laisser ces animaux tranquille