ONU

28 février 2021 19:50; Act: 28.02.2021 20:01 Print

La guerre pourrait faire du Yémen un «État non viable»

La guerre dévastatrice risque de faire du Yémen un «État non viable» et «très difficile à reconstruire», avertit un haut responsable de l'ONU.

storybild

Le pays est aujourd'hui confronté à «la pire crise de développement du monde». (photo: AFP/Nabil Alawzari)

Sur ce sujet
Une faute?

Le conflit au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts, des millions de déplacés tandis que des millions d'autres personnes souffrent de la faim. Après plus de six ans de guerre, ce pays pauvre de la péninsule arabique connait la pire crise humanitaire au monde, estime l'ONU.

L'économie du pays s'est effondrée, son système de santé a périclité et d'innombrables enfants restent privés d'éducation, certains ayant même été recrutés pour combattre.

«La guerre doit s'arrêter maintenant. Les Yéménites ont suffisamment souffert», martèle Auke Lootsma, le directeur du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Yémen.

Le pays le plus pauvre au monde

Le pays est aujourd'hui confronté à «la pire crise de développement du monde», souligne-t-il, exhortant les donateurs à fournir rapidement une aide financière conséquente lors d'une conférence virtuelle co-organisée lundi par l'ONU, la Suisse et la Suède.

«Le Yémen a perdu plus de deux décennies de développement et est certainement l'un des pays les plus pauvres, voire le plus pauvre du monde actuellement, étant donné les indicateurs de développement négatifs que nous observons», avertit M. Lootsma.

«Si on continue ainsi, le Yémen sera un pays très difficile à reconstruire. Si d'autres biens sont détruits et que les gens deviennent de plus en plus pauvres, alors le pays deviendra presque comme un État non viable», ajoute-t-il.

16 millions de Yéménites confrontés à la faim

La guerre au Yémen oppose les forces du gouvernement internationalement reconnu, et appuyé par une coalition militaire menée par l'Arabie Saoudite, aux rebelles Houthis. Soutenus par l'Iran, ces derniers se sont emparés d'une majeure partie du nord du pays, dont la capitale Sanaa en 2014.

Selon l'ONU, plus de 16 millions de Yéménites, soit environ la moitié de la population, seront confrontés à la faim cette année. Près de 50 000 d'entre eux se trouvent déjà dans des conditions proches de la famine et quelque 400 000 enfants de moins de cinq ans pourraient mourir de malnutrition aiguë.

(L'essentiel/afp)