Aux États-Unis

22 avril 2019 17:16; Act: 22.04.2019 17:23 Print

La justice refuse de libérer Chelsea Manning

L'ancienne analyste militaire, qui refuse de témoigner contre Julian Assange dans l'affaire Wikileaks, ne pourra pas sortir de prison, comme en a décidé un tribunal lundi.

storybild

Chelsea Manning refuse de témoigner contre Julian Assange. (photo: AFP/Handout)

Sur ce sujet
Une faute?

Un tribunal américain a refusé lundi de libérer l'ex-analyste militaire Chelsea Manning, détenue depuis le 8 mars, parce qu'elle refuse de témoigner contre le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, à qui elle avait transmis en 2010 une masse de documents confidentiels. L'icône transgenre, née garçon sous le prénom de Bradley il y a 31 ans, avait fait appel contre la décision de l'incarcérer pour outrage à la justice.

Mais la cour fédérale d'appel de Virginie «n'a pas trouvé d'erreur dans la décision du tribunal de district» et «refuse de la libérer sous caution», ont jugé trois magistrats. Chelsea Manning avait été condamnée en 2013 à 35 ans de prison par une cour martiale pour la fuite d'environ 750 000 câbles diplomatiques et informations militaires, qui avait plongé les États-Unis dans l'embarras. Sa peine avait été commuée par le président Barack Obama et elle avait été libérée en mai 2017 après sept ans de prison, durant lesquels elle avait entamé sa transition vers le sexe féminin.

Le 8 mars, elle a été renvoyée derrière les barreaux après avoir refusé de témoigner devant un grand jury chargé d'enquêter sur WikiLeaks et son fondateur. «Je ne participerai pas à un processus secret que je désapprouve moralement», avait-elle justifié. Le 11 avril, Julian Assange a été arrêté à l'ambassade d'Équateur à Londres, où il était réfugié depuis sept ans, suite à une demande d'extradition des États-Unis. Dans la foulée, le ministère américain de la Justice a révélé que l'Australien de 47 ans avait été inculpé un an plus tôt par le grand jury devant lequel Chelsea Manning refuse de témoigner.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • rené sance le 22.04.2019 20:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Chapeau bas

  • bonsens le 23.04.2019 05:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les États Unis montrent leur visage de dictature politique

  • Annuit Coeptis le 23.04.2019 13:00 Report dénoncer ce commentaire

    Gardée en prison car elle ne veut pas témoigner?!?! Surtout que dans ce cas elle n’est pas inculpée mais témoin... depuis quand garde-t-on des témoins en prison et sous quel prétexte? Et le droit au silence où est-il? La "justice" américaine est vraiment déplorable et pathétique!

Les derniers commentaires

  • Hervé Pinchon le 23.04.2019 14:05 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a encore beaucoup de pays où la différence entre justice et vengeance n'est pas bien claire.

  • Annuit Coeptis le 23.04.2019 13:00 Report dénoncer ce commentaire

    Gardée en prison car elle ne veut pas témoigner?!?! Surtout que dans ce cas elle n’est pas inculpée mais témoin... depuis quand garde-t-on des témoins en prison et sous quel prétexte? Et le droit au silence où est-il? La "justice" américaine est vraiment déplorable et pathétique!

    • Jacky Norton le 23.04.2019 14:07 Report dénoncer ce commentaire

      Les pays du Tiers monde ont besoin d'un temps d'adaptation plus ou moins long avant de pouvoir se sentir à l'aise ave le concept de justice.,

  • Ok et après? le 23.04.2019 12:35 Report dénoncer ce commentaire

    Juste une question, parce que l'on s'agite, l'on prend parti, bref on croirait l'affaire du siècle ou que chacun y a un intérêt pas croyable : cela a changé quoi au final, je veux dire concrètement? Car perso j'ai toujours l'impression que les États ( les USA sont loin d'être les seuls...) font ce qu'ils ont toujours fait; et que le jeu de pouvoir avec guerre et espionnage est toujours aussi actif.

  • Unicorn le 23.04.2019 10:11 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi refuser, quand les hommes poitiques sont convoqués, ils ne se rappellent jamais de rien sur les questions décisives.

  • Miss57 le 23.04.2019 09:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tout mon respect