Au Mali

10 juillet 2020 22:18; Act: 10.07.2020 22:19 Print

La mobilisation contre le président Keïta dégénère

Des milliers de personnes ont manifesté à Bamako contre le président, à l'appel d'une coalition d'opposants. Un mort est à déplorer.

Sur ce sujet
Une faute?

Médias publics et ponts bloqués, incendies sur la chaussée: la mobilisation contre le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a connu vendredi une nette escalade, lors d'une nouvelle manifestation à Bamako. Au moins une personne a été tuée.

«Nous avons enregistré un mort à la morgue», a déclaré à l'AFP le Dr Yamadou Diallo, en service à l'hôpital Gabriel Touré de Bamako. Le décès a été confirmé par un responsable de la Primature.

Absence de diffusion

Les tensions sont brutalement montées, à un niveau rarement atteint depuis un an dans la capitale, pour cette troisième grande manifestation organisée en deux mois par la coalition du Mouvement du 5 juin, formée de chefs religieux, d'hommes politiques et de la société civile. Les deux chaînes de la télévision publique malienne ORTM ne diffusaient plus vendredi après-midi, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les causes de cette interruption n'étaient pas connues dans l'immédiat, mais elle s'est produite après que des manifestants, à l'issue du rassemblement, se sont dirigés vers le siège de la radio et de la télévision publiques. Ils en ont occupé la cour, selon des journalistes de l'AFP.

Désobéissance civile

D'autres protestataires bloquaient deux des trois ponts de la ville, ont constaté des journalistes de l'AFP. Des manifestants ont érigé des barricades sur un de ces ponts alors que des voitures étaient contraintes de dévier de la circulation, selon les mêmes sources.

Des incendies sporadiques se sont déclarés par endroits à des endroits où des pneus ont été brûlés. Des manifestants se sont également retrouvés devant le siège de l'Assemblée nationale. Ces incidents sont survenus après que des milliers de manifestants se sont retrouvés vendredi après-midi après la grande prière musulmane, deux jours après un discours d'apaisement du chef de l'Etat.

«Le président de la République a déçu dans son dernier discours», a déclaré Nouhoun Sarr, un responsable du mouvement de contestation. «Nous ne voulons plus de ce régime», a de son côté affirmé une manifestante, Sy Kadiatou Sow.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • duvaro le 11.07.2020 09:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah ces merveilleux pays africains qui ont fait tant de progrès économiques et démocratiques depuis la décolonisation. C'est tellement beau.

Les derniers commentaires

  • duvaro le 11.07.2020 09:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ah ces merveilleux pays africains qui ont fait tant de progrès économiques et démocratiques depuis la décolonisation. C'est tellement beau.