«Pas d'avenir ici»

31 octobre 2020 09:03; Act: 31.10.2020 09:06 Print

La Moldavie se vide de ses habitants

L’élection présidentielle a lieu ce dimanche en Moldavie. Un pays qui fait face à l’exil de nombreux de ses habitants en raison de salaires extrêmement bas.

storybild

(photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Valentin Rusu n’a pas encore décidé pour qui il voterait lors de l’élection présidentielle dimanche en Moldavie, mais il sait ce qu’il voudrait voir changer après ce scrutin: «Que les enfants aient un avenir ici». «Je veux que la Moldavie soit comme l’Europe, que nous ne soyons plus contraints de partir travailler à l’étranger», dit ce jeune homme âgé de 28 ans. Valentin a tenté l’expérience de l’émigration, à l’instar d’environ un million de ses concitoyens, soit près d’un tiers de la population de cette ancienne république soviétique.

Mais il est rentré dépité dans son pays après s’être fait «arnaquer» par son employeur en Russie, où il a travaillé pendant quelques mois. Depuis, il enchaîne les petits boulots dans le bâtiment. Ce jour-là, il pose des dalles en granit sur une tombe dans le cimetière de Vorniceni (centre). «Seuls des gens qui ont travaillé en Italie se permettent un tel ouvrage», assure-t-il, ajoutant que lui-même est payé l’équivalent de 5 euros par jour pour son travail.

À l’entrée de ce cimetière hérissé de croix faites de simples barres de fer, une église en bois tient à peine debout. À l’intérieur, une statuette abîmée représentant le Christ est apposée contre un mur éventré, tandis qu’une icône aux couleurs effacées repose sur une table. «Il faudrait de l’argent pour réparer l’église, mais où le trouver?» s’interroge Renata Arnautu, 40 ans, gardienne des lieux.

Solitude

Selon elle, beaucoup de jeunes ont quitté le village ces dernières années et désormais «il y a plus d’enterrements que de naissances». Bêche à l’épaule malgré ses 84 ans, Ioana Lucian est venue nettoyer la tombe de son mari. «Le village est très triste. Quand j’étais jeune fille on allait danser, il y avait de la musique» sur la grand-place, raconte-t-elle. Mais «beaucoup de gens sont partis. Je suis restée seule», déplore cette vieille dame, montrant les maisons qui avoisinent la sienne, «toutes abandonnées». Si l’exode des Moldaves a commencé au début des années 1990, «ce phénomène s’est intensifié depuis 2016 et connaît actuellement l’un des taux les plus élevés de la région, soit entre 1,5 et 1,7% de la population», indique à l’AFP Olga Gagauz, directrice du Centre de recherches démographiques.

Cette émigration en masse est une aubaine pour ce pays parmi les plus pauvres d’Europe: 1,8 milliard de dollars ont été envoyés aux familles en 2019, soit environ 15% du produit intérieur brut (PIB). Selon Lars Johann Lonnback, représentant de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Moldavie, «un foyer sur trois reçoit de l’argent de l’étranger et pour la moitié d’entre eux ces fonds représentent 50% de leurs revenus».

Frein au développement

«L’émigration nous a tirés de la pauvreté mais à long terme les effets négatifs socio-économiques dépassent les bénéfices initiaux», estime le sociologue Vasile Cantarji, citant notamment le vieillissement de la population et la pénurie de main d’oeuvre. «Cela est devenu le principal frein au développement du pays», souligne-t-il dans une interview à l’AFP. Les gouvernements successifs ont promis des mesures pour encourager les émigrés à revenir, mais à ce jour «il n’y a aucun signe d’un retournement de la tendance», ajoute cet expert.

Selon une étude conjointe de l’OIM et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) publiée en août, les Moldaves qui sont rentrés en raison de la pandémie de coronavirus ont déclaré qu’ils comptaient repartir dès que la situation le permettrait.Afin d’enrayer l’émigration, ce pays «doit offrir des services éducationnels et de santé de bonne qualité, développer ses infrastructures et éradiquer la corruption», souligne cette étude.

Dans la capitale Chisinau, Ion et Nina Enache, deux retraités, espèrent que leurs trois enfants, dont deux travaillent en Angleterre et un au Portugal, rentrent un jour en Moldavie car «vivre dans son pays est ce qu’il y a de mieux. Mais tant que les salaires restent tellement bas ils ne reviendront pas», lâchent-ils.

(L'essentiel/AFP/NXP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • duvaro le 31.10.2020 10:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et je confirme le titre "pas d'avenir pour eux chez nous non plus". Ils viendront juste gonfler nos statistiques des "réfugiés" et profiter des aides sociales comme c'est déjà le cas en France. Allez Asselborn, un petit discours de propagande peut-être ?

  • Olga le 31.10.2020 10:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui, ils sont pauvres! Oui, ils quittent leur beau pays plein de corruption. Mais la ou ils arrivent, ils sont des bons travailleurs et ils s adaptent aux pays qui les accueillent, en leurs restants reconnaissants. Ils ne demandent pas du RMG et ils ne recoivent pas des logements gratuites, comme certains... Ils ne remplissent pas les prisons en Europe et ne reclament rien. Ils n impose pas leur loi, ni leur coutumes. Ils reste des pauvres humains, trahits par leur propre pays...

  • Le Belge, une fois, d'URSS/Russie. le 31.10.2020 12:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être notre bien aimé Président Vladimir Vladimirovitch peut donner argents à eux ? Pour fidéliser ?

Les derniers commentaires

  • luxo le 01.11.2020 21:34 Report dénoncer ce commentaire

    Au Luxembourg, nous avons deux solutions: Soit on accueille massivement ces pauvres travailleurs. Soit on réduit notre niveau de vie à celui de la Moldavie et nous ne serons plus une destination de choix pour les migrants.

  • blu le 01.11.2020 08:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @olga nous sommes tous les mêmes... plus on en recroît et on en a et plus on veut. On s’adapte au début et après on ressent la différence et on commence à réclamer. C’est la nature humaine et l’endroit où on réside qui éduque les personnes. Donc oui vous avez raison mais là où je ne suis pas d’accord c’est que vous laissez sous entendre que ce peuple s’adapte et ne demandera jamais rien de plus. C’est faux. La clé pour tous les humains c’est l’humilité et la satisfaction de ce que l’on a. Sauf que dans les sociétés on ne veut que des compétiteurs. Les moldaves sont des compétiteurs comme beaucoup si non ils ne quitteraient pas leur pays.

  • Thor le 31.10.2020 21:52 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème est que 70% des moldaves ont la double nationalité avec celle roumaine, donc libre accès à l'espace Schengen....

    • luxo le 01.11.2020 21:35 Report dénoncer ce commentaire

      Si c'est le cas se n'est pas un problème, c'est un avantage d'avoir accès à l'espace Schengen.

  • taratata le 31.10.2020 21:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c toi le frère a Olga

  • Tatjana de l'URSS/Ukraine le 31.10.2020 20:38 Report dénoncer ce commentaire

    Une situation complexe que cette Moldavie! Il faut dire qu'il n'y a pas beaucoup de Moldaves en UE. Quelques femmes se sont mariés avec des Européens, pour le reste on les trouve plutôt eau Kosovo,ou en Albanie. donc des pays pauvres. En plus il ne faut pas oublier qu'il y a des Moldaves roumains et des Moldaves russes. Quelques Moldaves roumains se trouvent en Roumanie, mais en noir puisque l'UE ne leur donne de visa, en conséquences ils sont exploités.En Moldavie même une région la "Transnistrie" s'est déclarée indépendante et est soutenue par la Russie. Certains Moldaves russes arrivent ainsi en Russie par ce transit.