Mort de Baghdadi

28 octobre 2019 14:51; Act: 28.10.2019 15:06 Print

La photo en «situation room», une mise en scène?

Le photographe officiel de Barack Obama a laissé entendre que le cliché montrant Trump et son équipe n'a pas été pris pendant l'assaut contre Baghdadi. Beaucoup d'internautes pensent comme lui.

Sur ce sujet
Une faute?

Le visage fermé, Donald Trump suit avec gravité l'assaut mené par ses forces spéciales contre Abou Bakr al-Baghdadi. Assis autour d'une table dans la «situation room», il est entouré de son vice-président Mike Pence, du conseiller à la sécurité nationale Robert O'Brien, du secrétaire à la Défense Mark Esper, du chef d'état-major des armées Mark A. Milley, et du responsable des opérations de l'état-major des armées, le général Marcus Evans. Cette photo, qui rappelle celle de l'équipe de Barack Obama lors de la mort d'Oussama Ben Laden en 2011, a été publiée sur Twitter par Dan Scavino, l'assistant de Donald Trump.

Peu après la diffusion de ce cliché, le photographe officiel de Barack Obama a fait part de ses doutes. Féroce détracteur de l'actuel président des États-Unis, Pete Souza a en effet laissé entendre que ce cliché avait en réalité été pris après l'opération. Sur Twitter, il a expliqué que ses métadonnées indiquaient que la photo avait été prise aux environs de 17h, soulignant que le raid s'était déroulé vers 15h30. Comme le souligne le média de fact-checking Snopes, à cette heure-là, Donald Trump venait de terminer une partie de golf.

La publication de Pete Souza a été largement partagée sur les réseaux sociaux, à la suite de quoi le photographe a tenu à édulcorer ses propos: «Je n'ai pas dit que c'était mis en scène», a-t-il rectifié sur Twitter. Souza a ajouté que les hélicoptères américains avaient en fait quitté l'Irak à 17h et avaient atteint la Syrie quelque 70 minutes plus tard. Il est donc tout à fait possible que l'opération se soit déroulée à partir de 18h10, et non 15h30. Le cliché a donc bien pu être réalisé pendant l'assaut.

Reste que de très nombreux internautes et médias continuent de penser que cette photo n'est qu'une opération de communication, relève Snopes. En comparant le cliché avec celui de Barack Obama et de son équipe pris en 2011, beaucoup ne peuvent s'empêcher de se sentir floués. «Laquelle de ces photos semble réelle et laquelle semble mise en scène?», a notamment réagi David Axelrod, éditorialiste politique pour CNN et ancien conseiller de Barack Obama.

Ce qui met principalement la puce à l'oreille des internautes sceptiques, c'est le fait que les protagonistes regardent plus ou moins l'objectif, et qu'ils portent tous des uniformes ou des costumes. A contrario, la photo prise en 2011 lors de l'assaut contre Oussama Ben Laden montre les occupants de la «situation room» regarder fixement l'écran, suivant avec anxiété le déroulement de l'opération. Obama est assis dans un coin de la pièce bondée et non au centre de la table, et les officiels sont habillés d'une manière plus décontractée. Certains relèvent encore que les câbles figurant sur la photo de Trump ne sont pas branchés. Deux salles, deux ambiances.

Aucune métadonnée ni chronologie précise du déroulement des événements ne permettra d'établir si Trump et son équipe ont réellement été photographiés pendant l'assaut, ou s'ils ont pris la pose après-coup. Quoi qu'il en soit, ce cliché restera dans l'Histoire.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sandro le 28.10.2019 15:18 Report dénoncer ce commentaire

    Un peu comme nous ne saurons jamais si l'homme était vraiment sur la lune ............

  • Grand Maître le 28.10.2019 16:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est une bonne leçon à ceux qui croient impressionner le monde libre! Tôt ou tard c'est une réponse sans équivoque qui leur est donnée:la destruction de leur corps et je dis BRAVO Monsieur Trump ! Trump a eu le courage de décrire en direct le mal que ce malade a fait en énumérant les exactions sur des hommes ,femmes , enfants et soldats par ce malade mental.

  • isle le 28.10.2019 20:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ha ben pour ça on verra dans 13 mois

Les derniers commentaires

  • isle le 28.10.2019 20:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ha ben pour ça on verra dans 13 mois

  • Grand Maître le 28.10.2019 19:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Adeline, réjouissez vous de l'excellent travail des Américains !

    • NoComent le 28.10.2019 20:35 Report dénoncer ce commentaire

      Des américains oui, de leur dirigeant non. Pourquoi le besoin de cette mise en scène ? Pour dire au monde qu'il a fait mieux que son prédécesseur ? De plus ses commentaires sur la mort de Bagdadi qui serait mort en pleurant sont une provocation qui risque de nous coûter cher, mais lui sera protégé bien sûr

  • Adeline le 28.10.2019 18:45 Report dénoncer ce commentaire

    Cette photo démontre une fois de plus la puérilité du fanfaron de la Maison-Blanche. Niveau de cour de récréation....

  • Swing le 28.10.2019 18:06 Report dénoncer ce commentaire

    Vu que Donald avait d'autres choses a faire pendant ce temps là, il a bien fallu faire une belle photo après coup, c'est normal. Son boulot en tant que président, c'est quand même surtout de jouer au golf, de tweeter, et de revoir sa géographie.

  • georgette le 28.10.2019 17:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Du fait que les 2 photos sont publiées prouve que tout est orchestré.