États-Unis

17 juin 2019 09:35; Act: 17.06.2019 10:59 Print

La police menace une famille pour une Barbie

Après l'arrestation violente par la police d'un couple avec de jeunes enfants, la maire de Phœnix a présenté ses excuses.

Sur ce sujet
Une faute?

La maire de Phœnix a présenté dimanche ses excuses après l'apparition de vidéos montrant l'arrestation violente par la police d'un couple avec de jeunes enfants. Selon ABC, la famille a engagé une action en justice et réclame 10 millions de dollars à la municipalité. Sur ces vidéos, prises lors d'une interpellation qui a eu lieu il y a un mois dans un parking à Phœnix, dans l'Arizona, on voit les policiers ordonner à la famille de sortir de sa voiture, en hurlant et en employant un langage grossier. Ils menacent même d'ouvrir le feu.

Une femme sort alors du véhicule avec deux jeunes enfants. Elle les remet à une personne avant d'être arrêtée. On voit ensuite un policier donner des coups de pied dans les jambes d'un homme qu'il est en train de menotter contre une voiture de police. La raison de cette arrestation musclée? La petite fille du couple, âgée de 4 ans, aurait volé une poupée Barbie dans un magasin, sans que ses parents ne s'en aperçoivent.

Actions «inappropriées»

«Comme beaucoup d'autres, je suis dégoûtée de ce que j'ai vu dans la vidéo décrivant l'interaction de la police de Phœnix avec une famille et de jeunes enfants», a déclaré la maire, Kate Gallego, dans un communiqué posté sur Twitter.

Les actions de ces policiers sont «inappropriées» et «clairement non professionnelles», a écrit l'élue. «Il n'existe aucune situation où un tel comportement pourrait être minimalement acceptable». Intervenant sur la télévision locale, la chef de la police de Phœnix a déclaré que les policiers intervenaient à la suite d'une alerte pour un cambriolage lorsqu'ils sont tombés sur cette famille.

Cet incident survient dans un contexte où l'attitude des forces de l'ordre est un sujet sensible aux États-Unis après une série de violences mortelles de policiers contre des Africains-Américains.

(L'essentiel/afp)