En Afrique du Sud

27 septembre 2021 16:22; Act: 27.09.2021 16:46 Print

La policière tueuse a décimé sa propre famille

Une ancienne policière est jugée pour le meurtre de cinq membres de sa famille et de son amoureux pour toucher les assurances vie.

storybild

L'ancienne policière nie avoir organisé les meurtres. (photo: AFP/Emmanuel Croset)

Sur ce sujet
Une faute?

Le procès de Nomia Ndlovu, glaçant feuilleton télévisé, fascine les Sud-Africains depuis deux semaines. Le comportement de cette femme de 46 ans, coiffée de chignons asymétriques, qui fronce un sourcil défiant ou prend des poses incongrues, dressant deux doigts pour former un V de victoire frivole à l'ouverture des audiences, ajoute au malaise. Et son sang-froid face à des accusations terribles coupe le souffle.

À la reprise, lundi, l'ex policière en robe vert vif et châle autour des épaules, grimace, plisse le nez face aux questions. Sa posture souple, un peu trop détendue, semble narguer le tribunal. L'un après l'autre, le cousin, la sœur, le petit ami, la nièce, le neveu et un autre proche ont été retrouvés morts entre 2012 et 2017, matraqués, étranglés ou tués d'une balle.

Le tueur à gages craque et appelle la police

L'accusée aurait contracté des assurances vie et funéraires au nom de ses victimes, puis réclamé l'argent après leur mort. Elle nie tout en bloc. «Je ne suis pas la personne qui a souscrit les polices d'assurance de ma sœur» assassinée, dit-elle en tsonga, avant traduction. Selon l'accusation, elle aurait engrangé quelque 80 000 euros grâce à son entreprise meurtrière.

Des tueurs à gages sont soupçonnés d'avoir fait la plupart du sale boulot mais Nomia Ndlovu se serait personnellement occupée de sa sœur Audrey, en empoisonnant son thé avant de l'étrangler. Elle prévoyait encore en 2018 de mettre le feu à la maison d'une autre de ses sœurs, mère de cinq enfants, dont un bébé, quand le tueur envisagé a craqué... et a prévenu la police.

Elle a ainsi expliqué à l'homme, accompagné de son soi-disant complice, en fait un policier, qu'il fallait d'abord les assommer de somnifères puis leur remplir la bouche de chaussettes pour étouffer les cris. Quelques jours plus tôt, un autre tueur à gages avait vacillé à la vue de la vieille mère de l'accusée. Il a renoncé à son travail, a demandé un verre d'eau à la frêle dame et a quitté la maison.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Mais-salomon-vous-etes....? le 27.09.2021 18:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas de limites question pognon c triste

  • Françoise le 29.09.2021 07:32 Report dénoncer ce commentaire

    Une femme... Cest pas possible les femmes sont pas violent. Cest de la propagande de la patriarchie.

Les derniers commentaires

  • Françoise le 29.09.2021 07:32 Report dénoncer ce commentaire

    Une femme... Cest pas possible les femmes sont pas violent. Cest de la propagande de la patriarchie.

  • Mais-salomon-vous-etes....? le 27.09.2021 18:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas de limites question pognon c triste