New York

19 septembre 2021 08:12; Act: 19.09.2021 16:55 Print

La prison de Rikers Island, une «maison de l’horreur»

La ville et l’État de New York se sont emparés du dossier de Rikers Island après que les autorités locales ont évoqué une «crise humanitaire». Pour d’anciens détenus, la prison est «un cancer à éradiquer».

storybild

Vue aérienne de la prison de Rikers Island. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Cancer», «trou à rats», «maison de l’horreur»: d’anciens détenus de la sinistre prison new-yorkaise de Rikers Island en tremblent encore quand ils évoquent ce gigantesque complexe carcéral où ont séjourné l’Américain Harvey Weinstein et le Français Dominique Strauss-Kahn, et où neuf prisonniers sont morts cette année. Les conditions de détention à Rikers Island, cachée sur l’East River entre le Bronx et le Queens, sont réputées effrayantes depuis des décennies.

Mais aujourd’hui, les autorités locales s’alarment d’une «crise humanitaire» aggravée par l’épidémie de coronavirus, qui a meurtri New York, ses services publics et en particulier ses établissements pénitentiaires. Alors que cette semaine, la ville et l’État de New York – qui ont autorité sur Rikers Island – se sont emparés du dossier, trois anciens détenus ont confié à l’AFP leurs terribles souvenirs.

«Far West»

«C’est vraiment le Far West là-bas», raconte Johnny Perez qui y a été incarcéré plusieurs fois entre 1996 et 2001 pour des vols à main armée. Glenn Martin n’a que 16 ans à la fin des années 1980 quand il y passe trois jours pour un vol à l’étalage. Il y est tabassé à quatre reprises et en parle plus de 30 ans après comme d’un «trou à rats».

Rikers Island ce sont aussi «des ordures partout, de la nourriture infestée d’asticots, des cafards, des vers dans les douches, des excréments et de la pisse», s’est insurgée sur Twitter Emily Gallagher, parlementaire de l’État de New York après une visite cette semaine. L’élue a dénoncé «une crise humanitaire, une maison de l’horreur, des agressions et des mauvais traitements».

La «torture» y est légion

De fait, rappelle Glenn Martin, les actes de violence et de «torture» y sont légion. Pour un autre ancien détenu, Marvin Mayfield, «chacun y perd un peu de son âme». Il y a passé 22 mois au total entre les années 1980 et 2007 pour des cambriolages.

La prison ouvre en 1932 et se taille une réputation de berceau de la violence. Dans les années 1990, Rikers Island comptait jusqu’à 20 000 détenus, soit un peu moins du tiers de la population carcérale totale en France. Ils sont 6 000 aujourd’hui. La plupart sont des Noirs et des Hispaniques en attente d’être jugés.

Des célébrités

Des célébrités y sont aussi parfois enfermées avant leurs éventuels procès. L’ancien directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn a été incarcéré de manière spectaculaire en mai 2011 pour des accusations de viol d’une femme de chambre du Sofitel de Manhattan, Nafissatou Diallo. L’affaire s’est soldée par une transaction financière.

L’ex-tout-puissant producteur de cinéma Harvey Weinstein a séjourné également sur l’île de l’East River. Il purge depuis 2020 à New York une peine de 23 ans de prison pour viol et comparaît à Los Angeles pour d’autres accusations de viols. Le bassiste britannique des Sex Pistols Sid Vicious et le rappeur américain Tupac Shakur, tous les deux décédés depuis, ont également franchi les grilles de Rikers Island.

Suicides des détenus

Mais pour d’anciens détenus et des spécialistes du système pénitentiaire américain, les «people» de Rikers Island n’ont rien vu de la réalité de la prison d’aujourd’hui: l’insécurité et la situation sanitaire sont «dix fois pires» que dans les années 1980-1990 et hors de contrôle depuis quelques mois.

Les services pénitentiaires de New York ont reconnu que neuf personnes y avaient perdu la vie cette année – dix selon les médias locaux – contre sept en 2020 et trois en 2019. La moitié des décès depuis janvier sont des suicides, selon les autorités. Comme les autres services publics de la ville, la prison de Rikers Island a été durement frappée par l’épidémie de Covid-19. D’après des syndicats, 2 700 gardiens de prison – un tiers de l’ensemble du personnel pénitentiaire de New York – sont en congé maladie. Soit en raison du coronavirus, soit pour des violences de détenus.

Peut-être fermée en 2026

Le maire sortant de New York Bill de Blasio a brandi cette semaine un plan d’urgence de rénovation et reparlé d’une fermeture en 2026. Avec son remplacement par quatre prisons plus petites pour 8,7 milliards de dollars (8,1 milliards de francs). Mais rien ne dit que le prochain maire, élu à la fin de l’année, s’y conformera.

De son côté, la gouverneure de l’État de New York Kathy Hochul a annoncé vendredi la libération anticipée de 191 détenus. Pour les anciens de Rikers Island, qui travaillent aujourd’hui dans des associations, la prison doit fermer. «C’est un cancer (…) qui doit être éradiqué», plaide M. Mayfield.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • julie le 19.09.2021 08:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faudrait peut être commencer de se conduire de façon à ne pas aller en prison

  • Justice humaine le 19.09.2021 14:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il ne faut surtout pas que les traitements soient plus infligeant de ce qu'ils ont commis sinon la justice n'est pas mieux qu'eux. Ceux qui croient que les détenus doivent subirent le bagne ou les maltraitences pour unique vengeance sont pire que la plupart des détenus. Vous n'avez jamais appris le pardon et la tolérance et surtout pas de ce que veut dire l'humanité.

  • Logique le 19.09.2021 14:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quoi qu’on ai fait, l’humain doit être respecté, sinon on se met au même niveau que celui qui a été condamné. Du moment qu’il purge sa peine il paye sa dette envers la société…le traiter moins qu’un humain reviendrait à se mettre à son niveau avant son crime.

Les derniers commentaires

  • Inhumain le 20.09.2021 09:22 Report dénoncer ce commentaire

    Je ne vois nulle part où ils parlent de luxe dans cet article. Un détenu a tout de même des droits, que cela plaise ou non. Hygiène, protection, aide à une réinsertion si possible. Rikers est juste un trou où l'on jette les gens à l'oubli. Certains en attente souvent d'un jugement. Un exemple, le cas de Kalief Browder, un jeune afro-américain, détenu sans inculpation à Rikers pour avoir prétendument volé un sac à dos. Il y reste 3 ans, 2 en isolement cellulaire. 2 ans après sa sortie, il se suicide au domicile de sa mère résultat des violences mentales, physiques et sexuelles subies là bas.

    • Steph le 20.09.2021 10:41 Report dénoncer ce commentaire

      Les lecteurs vivent trop dans leur bulle pour comprendre ca. La vie ici est tellement limité que les cerveaux ne fonctionnent pas bien ….

    • Frenchie le 20.09.2021 11:27 Report dénoncer ce commentaire

      Malheureusement j'ai de plus en plus 'impression qu'une partie grandissante de l'humanité a oublié ce que veut dire être humain

  • Luxury le 20.09.2021 09:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ce qu’il me choque c’est que cet article dit que la plupart des prisonniers sont noirs ou hispaniques !

    • Les faits sont là le 20.09.2021 10:33 Report dénoncer ce commentaire

      C'est la réalité de la criminalité tout simplement!

    • pierrot54 le 20.09.2021 12:03 Report dénoncer ce commentaire

      c est aussi, mais vous allez me dire que c est une coincidence, les minorités qui sont exclues majoritairement des grandes écoles et des emplois légaux... merci de ne pas confondre une conséquence et une cause

    • @Luxury le 20.09.2021 12:08 Report dénoncer ce commentaire

      La faute à qui, aux statistiques ? C'est la situation réelle, pas besoin de chercher midi à quatorze heures.

  • dignité le 20.09.2021 07:23 Report dénoncer ce commentaire

    la prison a pour but de privé de liberté, pas de privé de dignité une personne. Car ensuite, il faut réinsérer cette personne dans notre monde, très difficile si cette personne est traumatisée, voire si la prison devient une école du crime

    • LecteurDuCuréDesVoyoux le 20.09.2021 12:04 Report dénoncer ce commentaire

      les prisons de luxe des pays nordique = pas de recidive ... en france ou au US, les taulards augmentent juste leurs carnets d adresse douteuses...

  • zako le 20.09.2021 01:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans une prison il n'y a pas que des violeurs et meurtriers. Il y a le pauv'gars du coin qui a commis un vol à l'etalage pour se nourir faute d'emploi. Un mauvais avocat et vous êtes en enfer. Pareil pour un délit routier. n'importe qui aux États-Unis peut se retouver en tôle s'il n'a pas les moyens de se payer un bon avocat. Des fois ces petits fauteurs,M. tout le monde, reviennent traumatisés de la prison...

    • Démocratie ?? le 20.09.2021 12:09 Report dénoncer ce commentaire

      La mentalité des USA est en train d'arriver chez nous.. On ne va pas vers le mieux, mais vers une société divisée, mais surtout, malade.

  • alk le 19.09.2021 21:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Expat j’ai pensé exactement la même chose !