Rudy Giuliani

23 novembre 2020 21:33; Act: 24.11.2020 14:39 Print

La réputation ternie du «maire de l'Amérique»

Respecté dans le monde entier pour sa réaction aux attentats du 11 septembre, Rudy Giuliani est devenu l’incarnation de républicains prêts à tout pour servir Donald Trump.

storybild

Rudy Giuliani était respecté dans le monde entier pour sa réaction aux attentats du 11 septembre 2001 à New York. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Il fut le «maire de l’Amérique», respecté dans le monde entier pour sa réaction aux attentats du 11 septembre. Rudy Giuliani est maintenant devenu l’incarnation de ces républicains prêts à tout pour servir Donald Trump, au prix de rocambolesques théories du complot. Sa conférence de presse jeudi à Washington fera date dans la carrière de l’ancien maire de New York (1994-2001): avec des accents souvent surréalistes, l’avocat personnel de Donald Trump a brandi la thèse selon laquelle Joe Biden serait à l’origine d’un «plan centralisé» de fraude électorale massive, qui lui aurait permis de s’arroger des votes destinés à Donald Trump.

Suant à grosses gouttes, au point de laisser voir la teinture de ses cheveux couler le long de ses tempes, il n’a pas apporté de preuve tangible pour soutenir ses accusations. Deux jours plus tôt, le septuagénaire s’était fait rabrouer par un juge fédéral de Pennsylvanie: lui qui n’avait plus plaidé depuis des années a semblé perdre le fil de son argumentation, alors qu’il demandait à faire invalider des millions de bulletins de vote sur la base de témoignages de deux individus affirmant ne pas avoir pu voter.

Tournant en 2008

Comment celui qui fut un modèle de sang-froid et de résilience après les attentats du 11 septembre, et un procureur fédéral respecté – l’un des premiers à s’en prendre à la mafia new-yorkaise et aux crimes alors moins connus des cols blancs – peut-il embrasser aussi vigoureusement les théories complotistes, qu’il défend aussi sur sa chaîne YouTube Ceux qui le connaissent depuis longtemps soulignent qu’il a toujours aimé caméras, exagérations et controverses. Josh Greenman, qui travailla pour lui de 1997 à 2001, rappelait jeudi dans le Daily News, «sa tendance à gonfler les chiffres», sa défense de méthodes policières jugées racistes, ou sa «folle croisade» contre un musée de Brooklyn qu’il accusait d’être «anticatholique».

Mais il savait aussi surmonter les divergences partisanes, nuançait M. Greenman, «énoncer des vérités» sur la criminalité que les démocrates new-yorkais refusaient de voir, tout en défendant un strict contrôle des armes à feu ou une approche humaine de l’immigration, loin du credo républicain. Pour Robert Polner, ex-journaliste qui contribua en 2007 à un livre très critique sur M. Giuliani, le tournant date de sa campagne malheureuse pour la présidentielle en 2008.

Lors des primaires républicaines, Rudy Giuliani afficha des propositions beaucoup plus radicales, proches de celles de Donald Trump, huit ans plus tard: il prônait un coup d’arrêt aux avortements et à l’immigration clandestine, l’identification systématique des non-citoyens vivant aux États-Unis, des baisses d’impôts et… un coup de balai à Washington. Après cet échec, «Giuliani vit son amitié avec Trump comme sa voie d’accès au pouvoir, et ne revint jamais en arrière», dit M. Polner.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Merlin le 24.11.2020 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    On a déjà vu des comparaisons avec "Comical Ali", Ministre sous Saddam Hussein. C'est à ce point qu'on le prend encore au sérieux.

  • Marmic le 24.11.2020 11:05 Report dénoncer ce commentaire

    Pas de chance , il a misé sur le mauvais cheval

  • Millennial Beau Gosse le 24.11.2020 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    Réputation ternie et teinture ratée, quelle déchéance pour le Parti Républicain et D. Trump qui refuse les résultats des élections !

Les derniers commentaires

  • Millennial Beau Gosse le 24.11.2020 11:34 Report dénoncer ce commentaire

    Réputation ternie et teinture ratée, quelle déchéance pour le Parti Républicain et D. Trump qui refuse les résultats des élections !

  • Marmic le 24.11.2020 11:05 Report dénoncer ce commentaire

    Pas de chance , il a misé sur le mauvais cheval

  • Merlin le 24.11.2020 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    On a déjà vu des comparaisons avec "Comical Ali", Ministre sous Saddam Hussein. C'est à ce point qu'on le prend encore au sérieux.