Thaïlande/Canada

11 janvier 2019 17:07; Act: 11.01.2019 19:44 Print

La Saoudienne Rahaf en partance pour le Canada

La Saoudienne de 18 ans qui a fui sa famille et demandé l'asile à son arrivée à Bangkok, devait quitter la Thaïlande pour le Canada, ce vendredi soir.

Sur ce sujet
Une faute?

La Saoudienne de 18 ans qui a fui sa famille et demandé l'asile à son arrivée à Bangkok devait quitter vendredi soir la Thaïlande pour le Canada, a annoncé un responsable thaïlandais des services d'immigration. «Elle s'envolera pour le Canada à 23h15 locales ce soir (17h15 au Luxembourg)», a précisé à l'AFP ce responsable, Surachate Hakparn. Rahaf Mohammed al-Qunu avait été arrêtée à son arrivée le week-end dernier à Bangkok depuis le Koweït et les autorités thaïlandaises entendaient la renvoyer chez elle.

Munie d'un téléphone portable et d'un compte Twitter ouvert à la hâte, lui permettant d'alerter l'opinion, la jeune femme s'était barricadée dans une chambre d'hôtel de l'aéroport, forçant les autorités thaïlandaises à tourner casaque. La police de l'immigration thaïlandaise l'a remise sous la protection de représentants du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) de l'ONU.

«Quelques bonnes nouvelles et d'autres mauvaises»

La jeune femme avait déclaré vouloir demander l'asile en Australie, assurant fuir des violences psychologiques et physiques de sa famille, qui a démenti ces allégations. Elle a aussi affirmé à Human Rights Watch (HRW) qu'elle souhaitait renoncer à l'islam, ce qui la met «sérieusement en danger», souligne cette ONG. La fuite de la jeune femme, loin du royaume ultra-conservateur, a mobilisé les organisations de défense des droits de l'homme. Rahaf Mohammed el-Qunun avait indiqué un peu plus tôt dans la journée de vendredi avoir «quelques bonnes nouvelles et d'autres mauvaises», sans en dire plus. Les autorités thaïlandaises annonçaient peu après qu'elle partait pour le Canada.

La Thaïlande n'est pas signataire d'une convention des Nations Unies sur les réfugiés et les demandeurs d'asile sont généralement expulsés ou attendent des années avant d'être éventuellement envoyés dans des pays tiers.

(L'essentiel/afp)