Au Pakistan

16 mai 2019 08:15; Act: 16.05.2019 09:31 Print

La seringue d'un pédiatre cause une flambée de VIH

Dans une région pauvre du Pakistan, des centaines de personnes et beaucoup d'enfants ont été testés positifs au VIH. L'usage répété d'une seringue contaminée est évoqué.

storybild

Plus de 400 personnes, dont de nombreux enfants, ont été testés séropositifs ces dernières semaines, dans la région.

Sur ce sujet
Une faute?

Dans un village pauvre du Pakistan, des parents attendent anxieusement que leurs enfants passent un test de dépistage du VIH: des centaines de personnes de la région ont récemment été testées positives, semble-t-il suite à l'usage répété par un médecin d'une seringue contaminée. La police a été dépêchée pour maintenir l'ordre parmi la foule tendue tandis que les familles se pressent dans le centre d'analyse mis en place à Wasayo, près de la ville de Larkana, dans la province du Sindh (sud). La colère et la peur sont palpables dans ce village durement frappé par l'épidémie.

Les autorités disent ignorer pour l'instant si elle est due à des négligences graves ou aux pratiques d'un pédiatre malintentionné. Selon des responsables, plus de 400 personnes, dont de nombreux enfants, ont été testés séropositifs, ces dernières semaines, dans la région. «Ils arrivent par dizaines», s'inquiète un médecin dans le centre de dépistage rudimentaire, où le personnel et l'équipement manquent cruellement.

Des «charlatans»

Pour beaucoup, la terrible nouvelle est déjà tombée. Nisar Ahmed entre en trombe dans la clinique en quête de médicaments pour sa fille de 1 an, testée positive trois jours plus tôt. «Je maudis (le médecin) responsable de l'infection de tous ces enfants», lâche-t-il, furieux. Près de lui Imam Zadi est venue faire dépister cinq de ses enfants après avoir appris que son petit-fils était séropositif. «Toute la famille est complètement bouleversée», dit-elle à l'AFP. D'autres s'alarment à l'idée que l'avenir de leurs enfants soit irrémédiablement compromis dans un pays où la maladie reste mal connue et l'accès aux soins difficile, surtout pour les populations rurales pauvres.

«Qui va jouer avec elle? Et quand elle sera grande, qui voudra l'épouser?», pleure la mère d'une fillette de 4 ans testée positive dans un village voisin. Le Pakistan a longtemps été considéré comme un pays où la prévalence du VIH était faible. Mais le virus se propage désormais à un rythme inquiétant, en particulier chez les toxicomanes et chez les travailleurs du sexe. Les communautés rurales pauvres sont particulièrement vulnérables face aux pratiques médicales douteuses.

«Pour économiser de l'argent, des charlatans feront des piqûres à plusieurs patients avec une seule seringue. Cela pourrait être la cause principale de la multiplication des cas», estime Sikandar Memon, qui gère le programme anti-sida pour le compte de la province.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • fabilux le 16.05.2019 17:36 Report dénoncer ce commentaire

    quelle tristesse!! pauvres petits, leur futur est déjà difficile à imaginer mais maintenant!!!! j'en ai vraiment de la peine pour toutes ces personnes

Les derniers commentaires

  • fabilux le 16.05.2019 17:36 Report dénoncer ce commentaire

    quelle tristesse!! pauvres petits, leur futur est déjà difficile à imaginer mais maintenant!!!! j'en ai vraiment de la peine pour toutes ces personnes