Conflit

04 février 2018 10:25; Act: 04.02.2018 10:31 Print

La situation s'envenime au Proche-​​Orient

Le Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a créé une commission chargée d'étudier une possible suspension de la reconnaissance d'Israël.

storybild

Les Palestiniens (ici Mahmoud Abbas) n'ont pas apprécié la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a ouvert samedi la voie à une suspension de la reconnaissance d'Israël, mais s'est abstenu d'en ordonner une application immédiate. Si elle était appliquée, cette mesure drastique remettrait en cause l'un des principes fondateurs de l'effort de paix, déjà très mal en point. Le Comité exécutif de l'OLP a exhorté le président palestinien Mahmoud Abbas à «commencer immédiatement à préparer les projets pour les étapes de désengagement avec le gouvernement israélien d'occupation, aux niveaux politique, administratif, économique et sécuritaire».

Les dirigeants palestiniens ont fermement condamné la décision annoncée le 6 décembre par le président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël. Les Palestiniens voient dans la décision américaine un déni de leurs revendications sur Jérusalem-Est annexée et occupée. Mais elle est aussi, à leurs yeux, la manifestation la plus flagrante du parti pris pro-israélien de la Maison Blanche. Le Comité exécutif, dirigé par M. Abbas, est la seule instance habilitée à prendre les décisions engageant les Palestiniens dans le cadre du processus de paix avec Israël.

Sur le terrain, l'armée israélienne a abattu un adolescent palestinien lors d'une opération menée dans le village de Bourkine, en Cisjordanie occupée. Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que le jeune homme était âgé de 19 ans. Selon l'hôpital de Djénine, il a été tué d'une balle dans la tête. Enfin, le gouvernement israélien doit discuter dimanche de l'approbation rétroactive d'une colonie sauvage en Cisjordanie occupée, où un rabbin israélien a été abattu le mois dernier. L'ordre du jour du conseil des ministres hebdomadaire prévoit une motion pour désigner Havat Gilad comme une «nouvelle communauté», qui bénéficiera des permis de construire nécessaires et d'un budget accordé par l'État hébreu.

(L'essentiel/AFP)