Amérique centrale

02 juin 2020 07:11; Act: 02.06.2020 09:23 Print

La tempête Amanda fait au moins 18 morts

Des pluies torrentielles et des vents violents ont provoqué éboulements et coulées de boue. Il y a plusieurs morts au Salvador, au Guatemala et au Honduras.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

La tempête Amanda, la première venue du Pacifique cette année, a fait au moins 18 morts en Amérique centrale. Les secouristes étaient encore à la recherche de sept personnes portées disparues lundi au Salvador. Ils tentaient de localiser les disparus sous des éboulements et coulées de boue provoqués par les pluies torrentielles et les vents violents qui ont frappé le Salvador, dimanche, a expliqué le ministre de l'intérieur Mario Duran. «Nous avons quinze morts et sept disparus», a-t-il ajouté.

Le Salvador a été le pays le plus durement frappé par Amanda, qui a provoqué inondations, glissements de terrain et coupures de courant en abordant les pays voisins d’Amérique centrale. Les reliquats de la tempête ont atteint plus tard, dimanche, le Guatemala, où deux personnes ont trouvé la mort, a indiqué le coordinateur chargé des catastrophes David de Leon. L’une était un garçon de neuf ans emporté par le courant d’une rivière en crue, tandis que la deuxième victime a été tuée par l’effondrement d’une habitation au nord-est de Guatemala City.

500 mm de pluie

Une personne a trouvé la mort au Honduras, où les autorités ont fait état de glissements de terrain et d’inondations. Le président du Salvador Nayib Bukele a décrété un état d’urgence de 15 jours. Selon lui, la tempête a causé des dégâts évalués à 20 millions de dollars. Quelque 200 habitations ont été endommagées.

Au total, 7225 personnes ont été évacuées et transférées par des militaires et la protection civile dans 154 abris répartis dans l’ensemble du pays. De nombreuses zones étaient privées lundi d’électricité et d’eau potable. Les précipitations ont atteint 500 millimètres, soit un tiers de la moyenne annuelle de 1 800 mm.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.