Thaïlande

05 janvier 2019 09:56; Act: 05.01.2019 10:00 Print

La tempête Pabuk épargne les îles touristiques

La tempête tropicale Pabuk n'a pas été si puissante que prévu et n'a causé que des dégâts mineurs sur les îles touristiques.

Sur ce sujet
Une faute?

Près de 30 000 personnes ont trouvé refuge dans des centres d'évacuation à la suite des inondations et des pannes de courant causées par le passage de la tempête Pabuk dans le sud de la Thaïlande, qui a épargné les îles très touristiques du golfe. Pabuk, première tempête tropicale à frapper cette partie du royaume en dehors de la saison de la mousson depuis environ 30 ans, a entraîné des vents violents soufflant jusqu'à 75 km/h, des vagues de trois à cinq mètres de haut et des pluies torrentielles provoquant de nombreuses inondations.

Elle a été rétrogradée samedi matin en dépression alors qu'elle s'est déplacée au-dessus de la mer d'Andaman, où se trouvent les stations touristiques de Krabi et de Phuket, a annoncé le centre météorologique thaïlandais.

Vendredi, l'œil de la tempête a évité de justesse Koh Samui, Koh Phangan et Koh Tao dans le golfe de Thaïlande, des îles très prisées des vacanciers en ces périodes de fin d'année. Des centaines de touristes étaient toujours bloqués sur ces îles samedi matin alors que les ferrys sont restés à quai vendredi et que trois aéroports régionaux devraient rouvrir dans la journée.

«Certains d'entre eux devraient quitter les lieux aujourd'hui avec la réouverture de l'aéroport et la reprise du service des ferrys», a indiqué à l'AFP le chef du district de Koh Samui, Kittipop Roddon. «À Samui, il n'y a pas de victimes à déplorer» et, concernant les dégâts, «seules quelques maisons ont été partiellement endommagées par le vent», a-t-il ajouté.

«Tout est terminé. Les 10 000 touristes restés sur notre île sont en sécurité», a déclaré de son côté Krikkrai Songthanee, chef du district de Koh Phangan, réputée pour ses fêtes de pleine lune, ajoutant que les vents violents avaient causé des dégâts mineurs.

Sur le continent, en raison de la chute d'arbres et de poteaux qui ont endommagé des lignes électriques, plus de 200 000 foyers ont été privés d'électricité dans quatre provinces, notamment celles de Nakon Si Thammarat et de Surat Thani particulièrement touchées. «Le courant n'est toujours pas rétabli dans quelque 30 000 foyers», d'après le département de la prévention et de l'atténuation des catastrophes.

Concernant le nombre de victimes, aucun bilan définitif n'a été à ce stade fourni par les autorités. Un pêcheur de la province de Pattani, près de la frontière malaisienne, est mort vendredi matin lorsque que des vagues de plusieurs mètres se sont abattues sur son bateau alors qu'il rentrait au port. Un autre membre de l'équipage est toujours porté disparu.

Pabuk a déferlé sur le sud du royaume en pleine haute saison, une mauvaise nouvelle pour l'économie thaïlandaise fortement tributaire du tourisme.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.