Groenland

18 juin 2019 14:12; Act: 18.06.2019 15:17 Print

La vérité dramatique derrière ce cliché féérique

Des chiens de traîneaux semblant marcher sur l'eau: un scientifique a réalisé un cliché surréaliste, la semaine dernière, au nord-ouest du Groenland. Il s'en explique.

Sur ce sujet
Une faute?

Prise au centre du fjord d'Inglefield, au nord-ouest du Groenland, cette photo repérée par UNILAD a fait rêver de nombreux internautes: un paysage à couper le souffle, un soleil éclatant et l'impression féerique que ces chiens de traîneaux marchent littéralement sur l'eau. Derrière la beauté de ce cliché, pris par un membre de l'Institut de météorologie danois et posté sur Twitter le 14 juin, se cache pourtant une vérité dramatique: le fjord prend l'eau.

Steffen Olsen explique à FranceInfo que, ce jour-là, il s'était rendu sur place pour œuvrer avec la communauté locale dans le cadre de la surveillance du climat. Le scientifique dit avoir été frappé par «l'extrême fonte des glaces ces derniers jours» dans la région. Ainsi, il s'est retrouvé sur «de la glace inondée avec des zones sèches», ce qui rendait les déplacements très difficiles. Les chasseurs locaux ont eux-mêmes été pris de court face à ces «énormes quantité d'eau»: parfois, 50 centimètres recouvraient la couche de glace. Certains «ont galéré pour revenir de la chasse et de la pêche avec cette glace inondée», témoigne le chercheur.

Deux milliards de tonnes de glace en un jour

Ce phénomène est dû à «une forte et soudaine fonte de la glace», indique Olsen. Il ajoute: «Cette eau ne s'écoule pas assez rapidement à travers les 120 centimètres d'épaisseur de la glace, car celle-ci n'est pas craquelée par des fissures». Rien que jeudi dernier, le Groenland aurait perdu 2 milliards de tonnes de glace. Selon le scientifique, cette inondation est inhabituelle, mais il ne faut pas en tirer des conclusions hâtives ni en faire une généralité. «Cette photo a été prise un jour où l'ensemble du Groenland a connu une fonte record», précise Steffen Olsen. Le scientifique s'attend à ce que des phénomènes similaires se répètent, et de manière toujours plus extrêmes. «Oui, c'est inquiétant», conclut-il.

Un géologue de la Rowan University (États-Unis) confie à Mashable que la fonte des glaces a pris une telle ampleur que les scientifiques peinent à la mesurer. S'il n'est pas synonyme de fin du monde, ce phénomène pourrait avoir un impact dramatique sur l'écosystème ainsi que sur les populations. Au niveau local, les habitants du Groenland qui dépendent des couches de glace pour leur transport, la chasse et la pêche, seront confrontés à une perturbation majeure si la glace fond.

En outre, si les banquises arctiques disparaissent, des espèces indigènes (les ours blancs et les phoques, par exemple) seront obligées de migrer plus au sud, ce qui exercera des pressions sur d'autres écosystèmes. De plus, le déversement de toutes ces eaux dans les océans aura un impact énorme sur les systèmes climatiques naturels de la Terre. Il faudrait alors s'attendre à des conditions météorologiques imprévisibles et improbables, qui pourraient menacer les voies de navigation et les populations sur les côtes.

(L'essentiel/joc)