Affaire Khashoggi

27 novembre 2018 12:59; Act: 27.11.2018 13:21 Print

La villa d'un proche de MBS a été fouillée

La maison d'un «proche ami» du prince héritier saoudien a été fouillée, lundi, dans le cadre de l'enquête sur la mort du journaliste Jamal Khashoggi.

Sur ce sujet
Une faute?

L'une des villas fouillées lundi par les enquêteurs turcs à la recherche du corps de Jamal Khashoggi, tué il y a presque deux mois, appartient à un proche du prince héritier saoudien, ont rapporté mardi les médias locaux. Le propriétaire de l'une des villas, situées à Yalova, au sud d'Istanbul, l'homme d'affaires Mohammed Ahmed A. Al-Fawzan, est un «proche ami» du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, selon plusieurs quotidiens turcs, dont Hürriyet.

Cette demeure et une autre villa voisine appartenant selon la presse à un autre homme d'affaires saoudien ont été fouillées pendant dix heures, lundi. Aucun détail n'a été donné sur les résultats de ces recherches. Les enquêteurs ont en outre inspecté trois puits situés dans les jardins de ces villas qui ont été construites sans permis, selon l'agence de presse privée DHA.

Recherches tous azimuts

D'après le parquet d'Istanbul, Mohammed Ahmed A. Al-Fawzan a eu une conversation téléphonique, le 1er octobre, avec l'un des membres de l'équipe venue en Turquie pour tuer Khashoggi, le lendemain. Dans un communiqué publié lundi, le parquet a expliqué qu'il soupçonnait que cette conversation «portait sur l'élimination ou la dissimulation du corps de Jamal Khashoggi, après son démembrement».

Al-Fawzan ne s'est pas rendu en Turquie depuis environ deux mois, selon la presse locale, et il n'y était pas non plus au moment de la conversation téléphonique. Des images publiées dans la presse montraient des portraits du prince héritier, dit «MBS», et de son père, le roi Salmane, accrochés dans l'entrée de l'une des villas. Les autorités turques ont lancé des recherches tous azimuts pour retrouver des traces du corps de Khashoggi, un éditorialiste saoudien critique de Riyad, qui a été tué le 2 octobre, dans le consulat de son pays, à Istanbul.

Traces d'acide

Les enquêteurs ont notamment fouillé le consulat saoudien et la résidence du consul voisine, ainsi qu'une forêt située à la lisière d'Istanbul. Selon la presse turque, la police soupçonne les tueurs d'avoir dissous le corps de Khashoggi, des traces d'acide ayant été découvertes dans les canalisations de la résidence du consul saoudien.

Après avoir dans un premier temps nié la disparition de Khashoggi, l'Arabie a fini par reconnaître sous la pression internationale qu'il avait été tué et démembré dans son consulat, à Istanbul, au cours d'une opération «non autorisée». Mais des médias et responsables turcs incriminent directement le prince héritier, dit «MBS», ce que Riyad dément fermement.

(L'essentiel/afp)