Législatives Sri Lanka

06 août 2020 16:54; Act: 06.08.2020 17:06 Print

Large avance pour les frères Rajapaksa

Le clan Rajapaksa espère remporter une majorité des deux tiers au Parlement sri lankais afin de pouvoir amender la Constitution en vue d’accroître son pouvoir.

storybild

Le président sri lankais Gotabaya Rajapaksa espère remporter la majorité des deux tiers au parlement. (photo: KEYSTONE/EPA)

Sur ce sujet
Une faute?

Les résultats préliminaires des élections législatives au Sri Lanka donnaient jeudi une large avance aux frères Rajapaksa, qui dominent l’exécutif. Ce duo ambitionne d’étendre son emprise sur l’île. Sur près de 10% des bulletins dépouillés du vote de mercredi, le Sri Lanka Podujana Party (SLPP) du premier ministre Mahinda Rajapaksa, frère du président Gotabaya Rajapaksa et lui-même homme fort de l’île de 2005 à 2015, recueille environ 70% des voix. Les partis d’opposition sont très loin derrière.

Le clan Rajapaksa espère remporter une majorité des deux tiers au Parlement afin de pouvoir amender la Constitution en vue d’accroître son pouvoir. Il pourrait revenir sur les modifications apportées à la Constitution par la précédente administration, qui avait décentralisé le pouvoir et limité à deux le nombre des mandats présidentiels afin d’empêcher l’émergence d’un nouvel homme fort.

Gotabaya, 71 ans, et Mahinda, 74 ans, veulent ainsi mettre fin à cette limite, ramener l’appareil judiciaire et policier sous leur contrôle direct et étendre leur pouvoir dynastique à une nouvelle génération de la famille, bête noire des défenseurs des droits humains.

«Confiants»

Des projections privées estiment que la formation des Rajapaksa devrait récolter entre 130 et 135 sièges de députés sur 225. «Nous sommes confiants d’avoir les deux tiers (150 députés, NDLR), mais même si nous ne les obtenons pas dans les urnes, il y a des moyens de faire passer au Parlement» la réforme de la Constitution, a prévenu mercredi Mahinda.

Les Rajapaksa jouissent d’une grande popularité au sein de la majorité ethnique cinghalaise pour avoir mis fin en 2009, au prix d’un gigantesque bain de sang, à quatre décennies de guerre civile avec la minorité tamoule, un conflit qui a fait 100 000 morts. Ils soutiennent qu’un retour de la concentration des pouvoirs est nécessaire au développement du Sri Lanka. Plus de 70% des seize millions d’électeurs ont participé mercredi à ces législatives, organisées quatre mois après leur date initialement prévue à cause de la pandémie de coronavirus. Les résultats définitifs devraient être connus jeudi soir.

(L'essentiel/afp)