En Australie

27 novembre 2018 22:07; Act: 28.11.2018 09:33 Print

Le beau geste des invités pour la mariée malvoyante

Par solidarité envers la mariée de 32 ans, malvoyante, ses proches réunis dimanche ont tous porté des bandeaux leur masquant la vue. Une expérience intense pour tous.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est un mariage peu commun qui s'est déroulé dimanche à Maleny, une ville située dans le Queensland. Réunis pour assister à l'union de Stephanie Agnew et Robbie Campbell, les 54 invités ont reçu un accessoire peu banal avant la cérémonie. Un appareil photo? Des mouchoirs? Une partition? Rien de tout cela. Les convives se sont vu remettre des bandeaux, du même type que ceux que l'on porte pour se reposer dans l'avion.

Les invités n'ont rien vu de la cérémonie, et c'était totalement volontaire. L'idée était d'apporter soutien et solidarité à la mariée, atteinte de dystrophie des cônes. Stephanie, 32 ans, est malvoyante: elle n'arrive à distinguer que des formes claires ou sombres. Son mari Robbie, elle ne l'avait jamais vu. «Je connais sa carrure. Il mesure plus de 1 mètre 90, et moi un peu plus de 1 mètre 60. Il est donc beaucoup plus grand que moi. Je sais qu'il a des épaules larges, mais pour le reste je dois me fier aux descriptions», explique l'Australienne au «Daily Mail».

«Une vraie princesse en robe de mariée»

Les invités étaient enthousiastes à l'idée de vivre l'expérience comme la mariée et sa maman, atteinte de la même affection héréditaire. Tout avait été préparé de manière à ce que les autres sens des membres de l'assistance soient mis à contribution, de l'odeur des fleurs au hibou venu se poser sur le bras de Stephanie pour lui apporter les alliances. Robbie, lui, a été le seul à garder les yeux ouverts: «Je n'ai pas pu contrôler mes émotions. Quand elle marchait dans l'allée, elle ressemblait à une vraie princesse en robe de mariée», se souvient-il.

Stephanie et Robbie se sont rencontrés en octobre 2016, alors qu'ils étaient voisins de palier depuis 18 mois. «Nous vivions à un 1,5 mètre l'un de l'autre mais je travaillais dans l'immobilier et lui dans la police, alors nous ne nous croisions jamais», raconte la trentenaire. Stephanie a commencé à perdre la vue vers l'âge de 19 ans. Elle a parfois du mal à vivre avec, mais ce qu'elle a vécu à son mariage lui a donné la force de se battre. L'Australienne espère que son expérience inspirera et soulagera les personnes qui souffrent du même mal. «C'est important de creuser au plus profond de soi et d'avoir en tête que la vie est difficile mais qu'il existe toujours des manières de s'en sortir», philosophe la jeune femme.

Voir cette publication sur Instagram
"When we lose one of our senses the others become heightened. This allows us to experience something as beautiful as these vows in a totally unique way. Today, we get to experience them from Steph's perspective." Shortly before meeting Rob, Steph lost her eyesight because of an inherited disorder called Cone-rod Dystrophy. The wedding guests were invited to wear a blindfold during Steph & Rob's vows so they could experience what Steph encounters each and every day. We have something quite special planned for Steph & Rob. In the meantime, I'm going to attempt to describe the contents of the image for Steph, her mum, her brother, and any vision impaired friend who is unable to see this image but, with the help of technology, can hear the text. I took this photo to show the intimacy of their vows and the collective experience we shared. The attached image shows a wide-angle shot positioned about 50cm away from Steph & Rob's hands. Their hands are just above the centre of the photograph. Rob is wearing a grey suit and you can see his hands, weather-worn and hardworking from his time serving Australia in the army and police force. Clasped between them are Steph's hands: delicate yet strong from her work as a massage therapist, reaching towards her husband. Directly below and behind their hands is a sea of people, all wearing blindfolds. Sitting front and centre is the only exception: Steph's mother Linda, who has also lost her vision. In the background, you can catch glimpses of lush green trees, blue sky and the videography team, Shaun and TJ from @lemontreefilmhouse . The image is shot in colour: blacks, greys, beige, greens, and blues along with the white of Steph's dress. It is a moment I will never forget. Une publication partagée par James Day (@jamesdayweddings) le 26 Nov. 2018 à 7 :13 PST

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Baudouin le 28.11.2018 06:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Longue vie à ce couple et beaucoup de bonheur.

  • A méditer le 28.11.2018 00:32 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle belle leçon de vie !

Les derniers commentaires

  • Baudouin le 28.11.2018 06:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Longue vie à ce couple et beaucoup de bonheur.

  • A méditer le 28.11.2018 00:32 Report dénoncer ce commentaire

    Quelle belle leçon de vie !