Meurtre à Chicago

15 juin 2019 14:26; Act: 15.06.2019 14:35 Print

Le bébé arraché du ventre de sa mère est décédé

Un bébé, qui avait été arraché du ventre de sa mère tuée par deux femmes à Chicago (États-Unis), est décédé vendredi, près de deux mois après les faits.

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est avec une grande tristesse que nous vous informons de la mort du bébé Yovanny Jadiel Lopez» qui a succombé «à de graves lésions au cerveau», a indiqué Julie Contreras, sur Facebook (voir ci-dessous), la porte-parole de la famille de Marlen Ochoa-Lopez.

Cette jeune mère de 19 ans, a été tuée le 23 avril dernier après avoir été attirée par la promesse de recevoir gratuitement des affaires pour son bébé, selon les autorités. Elle a été étranglée à l'aide d'un câble et son bébé a été arraché de son ventre après sa mort. Son corps avait été découvert plus de trois semaines après sa disparition. Le chef de la police de Chicago Eddie Johnson avait qualifié le meurtre de «dégoûtant et vraiment perturbant».

Élever l'enfant «comme si c'était le leur»

Trois personnes, dont une mère et sa fille, ont été inculpées mi-mai par la police de Chicago en lien avec le meurtre. Clarisa Figueroa, 46 ans, et sa fille Desiree, 24 ans, ont été inculpées pour meurtre. Piotr Bobak, 40 ans, le compagnon de Clarisa Figueroa, a été inculpé pour avoir dissimulé le crime. Les trois suspects, qui doivent comparaître le 26 juin devant la justice, devraient aussi être inculpés pour le meurtre du bébé, a indiqué vendredi Anthony Guglielmi, porte-parole de la police de Chicago, cité par les médias.

Selon la police, les deux femmes, qui connaissaient la victime par Facebook, auraient voulu élever l'enfant «comme si c'était le leur». Clarisa Figueroa avait planifié depuis plusieurs mois de se procurer un bébé, après la mort de son fils adulte. Le jour du meurtre, Clarisa Figueroa a appelé les services d'urgence, affirmant qu'elle avait besoin d'aide après avoir accouché d'un bébé qui n'arrivait pas à respirer. Le nouveau-né avait alors été hospitalisé dans un état grave et ses chances de survie semblaient minces. Les analyses ADN avaient prouvé que Marlen Ochoa-Lopez était sa mère.

(L'essentiel/afp)