Kenya

05 décembre 2021 22:12; Act: 06.12.2021 10:26 Print

Le bilan de l’accident de bus revu à la hausse

Dimanche, on en savait davantage sur l’accident d’un bus qui conduisait des passagers à un mariage, au Kenya. Le nombre de victimes a pris l’ascenseur: 31 morts.

storybild

Une chorale se rendait à un mariage, quand l’accident est survenu. (photo: AFP/Photo d’illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Trente et une personnes sont mortes noyées quand un car a été emporté d’un pont par une rivière en crue samedi dans le centre du Kenya, a annoncé dimanche la gouverneure locale, soulignant que le bilan pourrait encore s’alourdir.

Un précédent bilan établi samedi faisait état de plus de 20 morts dans cet accident. Ce car emmenait une chorale d’église et d’autres personnes à une cérémonie de mariage dans le comté de Kitui. Le véhicule s’est renversé avant de couler dans des eaux déferlantes.

La gouverneure de Kitui, Charity Ngilu, a déclaré que 31 corps avaient été retrouvés depuis samedi par des plongeurs militaires, et que les opérations de recherche et de secours se poursuivaient. «Aujourd’hui, nous avons pu en sortir sept (cadavres). Il y a toujours des corps dans le car», a-t-elle déclaré dimanche devant des journalistes. «C’est tellement, tellement triste. Nous avons perdu tellement de vies», a-t-elle ajouté.

Courants tourbillonnants

Des personnes qui se trouvaient à bord du véhicule ont toutefois réussi à s’échapper samedi avant qu’il ne soit rapidement englouti par les eaux. Le nombre précis des passagers qui se trouvaient à l’intérieur, lorsqu’il a basculé dans l’Enziu, le nom de la rivière en crue, à environ 200 km à l’est de la capitale, Nairobi, n’était toujours pas connu.

Des témoins ont déclaré que le chauffeur du car avait tenté de traverser le pont, alors qu’il était envahi par des eaux, dont la force a entraîné le véhicule dans des courants tourbillonnants. Le président kényan Uhuru Kenyatta a présenté ses condoléances dimanche aux familles des défunts, exhortant les automobilistes à faire preuve de prudence sur les routes pendant la saison des pluies.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sam1952 le 06.12.2021 06:48 Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres gens !

  • Tragédie le 06.12.2021 02:36 Report dénoncer ce commentaire

    Horreur totale. Une pensée pour tous ces gens.

Les derniers commentaires

  • Sam1952 le 06.12.2021 06:48 Report dénoncer ce commentaire

    Pauvres gens !

  • Tragédie le 06.12.2021 02:36 Report dénoncer ce commentaire

    Horreur totale. Une pensée pour tous ces gens.