Au Japon

08 septembre 2018 13:14; Act: 08.09.2018 13:27 Print

Le bilan du séisme est monté à 35 morts

Le tremblement de terre qui a provoqué des glissements de terrain dans le nord du Japon a fait plus de 30 morts. En outre, cinq personnes sont toujours portées disparues.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le bilan des victimes d'un puissant tremblement de terre qui a provoqué des glissements de terrain dans le nord du Japon s'est élevé à 35 morts samedi, alors que des dizaines de milliers de secouristes intensifient leurs efforts pour retrouver des survivants. C'est le village d'Atsuma, niché au pied de montagnes verdoyantes de l'île de Hokkaido, qui a payé le plus lourd tribut à la catastrophe, avec la majorité des décès.

Cinq personnes sont toujours portées disparues dans le village, selon la télévision publique NHK, et environ 600 ont été légèrement blessées, selon le gouvernement local du nord de l'île de Hokkaido. Le paysage de carte postale a été ravagé par des éboulements qui ont englouti les maisons construites en contrebas, laissant de profondes cicatrices marron le long des versants des montagnes. Pour la seconde nuit d'affilée, de vendredi à samedi, les secouristes se sont affairés toute la nuit au milieu des décombres, à l'aide de pelleteuses et de chiens, en quête du moindre souffle de vie, une tâche compliquée par des répliques incessantes.

«Je n'ai pas de mots...»

Ils étaient samedi 40 000, y compris des soldats mobilisés pour l'occasion, à fouiller les décombres dans la région, a précisé le gouvernement. Un habitant d'Atsuma, Tenma Takimoto, a confié sa douleur après la découverte du corps de sa sœur, âgée de 16 ans. Son père et sa grand-mère ont aussi été enfouis sous la terre. «J'éprouve tant de regrets, nous avons partagé tant de souvenirs heureux. Je les garderai en tête toute ma vie», a-t-il dit à une télévision locale. «Je veux croire que le séisme est arrivé dans un rêve et que je vais me réveiller de ce cauchemar», confiait un autre résident à la chaîne publique NHK.

Les images de télévision montraient des chaussées éventrées, des façades défoncées, des maisons vacillantes dans la capitale régionale Sapporo après ce tremblement de terre de magnitude 6,6 survenu en pleine nuit. «Je n'ai pas de mots... j'habite ici depuis près de 20 ans, je ne sais pas quoi dire», soufflait un jeune homme, dans les rues de la ville. Quelque 40 000 secouristes et 75 hélicoptères ont été mobilisés pour participer aux opérations et venir en aide aux sinistrés, qui ont été nombreux à passer la journée à faire la queue devant supermarchés et stations-service pour s'approvisionner. Après une coupure de courant générale en raison de l'arrêt de toutes les centrales de la région, l'électricité avait pu être partiellement rétablie. Trois millions de foyers et autres clients avaient été plongés dans le noir après le séisme, mais le Premier ministre Shinzo Abe a déclaré que l'électricité avait été principalement rétablie.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).