Indonésie

17 janvier 2021 13:08; Act: 17.01.2021 14:47 Print

Le bilan du séisme monte à au moins 77 décès

Les autorités indonésiennes estiment désormais que le tremblement de terre survenu vendredi a fait au moins 77 victimes et des centaines de blessés.

Sur ce sujet
Une faute?

Les pluies torrentielles compliquaient dimanche les recherches des éventuels survivants du séisme qui a fait au moins 77 morts et des milliers de sans-abris sur l'île indonésienne de Célèbes. Des grues et des pelles mécaniques ont été déployées dans les ruines des bâtiments dévastés de Mamuju, la ville la plus touchée par le tremblement de terre de magnitude 6,2 de vendredi matin.

Il a provoqué la panique chez les habitants de l'ouest de l'île, déjà dévasté en 2018 par un très fort séisme suivi d'un tsumani dévastateur qui avait fait 4 300 morts. On ignore combien de corps sont encore sous les décombres, ou si des survivants y sont toujours pris au piège. «Les pluies posent des difficultés supplémentaires car elles risquent de provoquer l'effondrement total de certains bâtiments endommagés, et les répliques aussi», a déclaré Octavianto, un secouriste de 37 ans qui, comme beaucoup d'Indonésiens, n'a qu'un seul nom.

«Forte odeur de pourriture»

Les engins lourds doivent en outre prendre toutes les précautions, car déplacer des débris trop rapidement peut s'avérer fatal pour les personnes coincées en dessous. «Toutes les personnes que nous avons trouvées étaient mortes», a déclaré Octavianto. «Après plus de 24 heures, il est probable que les personnes ensevelies soient mortes». À côté des équipes cynophiles, «nous utilisons également notre propre odorat pour trouver des victimes potentielles», a expliqué le sauveteur Kustang Firman. «S'il y a une forte odeur (de pourriture), nous nous concentrons sur cet endroit». Au total, 77 décès ont été recensés, selon les autorités. Un précédent bilan faisait état de 73 morts.

Des images aériennes de la capitale de la province de Sulawesi occidental, une ville de 110.000 habitants baignée par le Détroit de Makassar, montrent quantités de bâtiments en ruines, parmi lesquels un hôpital ou le bureau du gouverneur. Des milliers de personnes ayant perdu leurs maisons ont trouvé refuge sous des abris de fortune, généralement une tente recouverte d'une bâche. Beaucoup disent manquer de nourriture et de couvertures. Des vivres et des équipements d'urgence ont été dépêchés sur l'île par avions et bateaux, et la marine a envoyé un navire médical pour suppléer les hôpitaux encore en fonctionnement.

Si des milliers de personnes ont perdu leurs maisons, d'autres ne veulent pas rentrer chez elles, par peur de répliques ou d'un tsunami comme en 2018. «C'est mieux de s'abriter au cas où quelque chose de pire arrive», explique un habitant de Mamuju, Abdul Wahab, réfugié sous une tente avec son épouse et quatre enfants, dont un bébé. «Nous espérons que le gouvernement pourra nous envoyer vite de l'aide, des vivres, des médicaments et du lait pour les enfants». Près du seul hôpital de la ville encore relativement intact, un dispensaire a été créé pour accueillir les blessés, certains souffrant de membres cassés.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.