Protection de l'environnement

05 août 2020 19:08; Act: 06.08.2020 10:15 Print

Le Brésil s'est engagé à freiner la déforestation

Le ministre brésilien de l'Environnement a promis de limiter la déforestation dès cette année, ce qui constitue un tournant dans la politique du gouvernement.

storybild

Le Brésil a été critiqué ces derniers mois à cause de la déforestation en Amazonie. (photo: AFP/Tarso Sarraf)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Brésil prend des engagements contre la déforestation. «La première étape, dès cette année, c'est de mettre fin à l'augmentation de la déforestation au second semestre. Et à partir de l'an prochain, réduire la déforestation, faire baisser les chiffres», a déclaré le ministre de l'Environnement Ricardo Salles. «L'engagement du Brésil (lors de l'Accord de Paris sur le climat, en 2015) est de réduire à zéro la déforestation illégale d'ici 2030. On n'atteint pas cet objectif du jour au lendemain, il faut un projet consistant», a-t-il ajouté.

Les données satellitaires de l'Institut national de recherches spatiales (INPE) montrent une déforestation record en Amazonie lors du premier semestre, 25% supérieure à celle des six premiers mois de 2019. Conséquence directe: des agriculteurs brûlant les terres déboisées pour y faire paître des troupeaux, les incendies dans la forêt amazonienne ont augmenté de 28% en juillet. Plus au sud, au Pantanal, sanctuaire de biodiversité, la situation est encore plus critique, les incendies ayant plus que triplé en juillet. En 2019, le gouvernement du président d'extrême droite Jair Bolsonaro avait déjà été très critiqué par la communauté internationale en raison de la recrudescence de feux de forêt.

Critique des pays riches

Comme M. Bolsonaro, Ricardo Salles s'était montré défiant face aux critiques. En avril dernier, lors d'une réunion ministérielle, il a proposé de profiter de «l'opportunité du fait que la presse soit focalisée sur le coronavirus pour passer des réformes et assouplir les règles» liées à la protection de l'Amazonie. Mais le gouvernement a changé de ton récemment, notamment après que des fonds d'investissements internationaux pesant 4 000 milliards de dollars ont menacé de couper les ponts. Ces dernières semaines, Ricardo Salles a été éclipsé par le vice-président Hamilton Mourao, qui a pris la tête du Conseil de l'Amazonie.

«Voici la réponse du gouvernement brésilien: nous avons mis en place des instruments pour que vous, les fonds d'investissements, puissiez nous aider à préserver l'Amazonie», a expliqué M. Salles, évoquant deux programmes. Le ministre a réitéré ses critiques envers les pays riches réticents vis-à-vis des crédits carbone (qui pourraient constituer un marché juteux pour le Brésil), malgré les engagements pris lors de l'Accord de Paris. M. Salles a assuré par ailleurs que le gouvernement avait «fortement renforcé sa vigilance» contre la déforestation illégale, niant les accusations des écologistes qui lui reprochent d'avoir «démantelé le système de protection environnementale».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Détruisons Tout le 05.08.2020 21:14 Report dénoncer ce commentaire

    Ha bon, il reste des arbres au Brésil ?

  • Popo le 05.08.2020 23:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils disent la même chose de nous...

  • Thunderbird le 06.08.2020 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    C'est cela ! On y croit tous !

Les derniers commentaires

  • Thunderbird le 06.08.2020 11:08 Report dénoncer ce commentaire

    C'est cela ! On y croit tous !

  • Grand Maître le vrai le 06.08.2020 10:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un pays où il ne faut ou faudra plus se rendre ! Ils paieront financièrement avec le manque de touristes. Mais il y aura toujours des gogos pour y aller !

  • ENrique le 06.08.2020 08:29 Report dénoncer ce commentaire

    oui, en 2075

  • step bett le 06.08.2020 07:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    je n’en crois pas un seul mot

  • Vert de vert le 06.08.2020 00:49 Report dénoncer ce commentaire

    Et ils vont re-engager le directeur du service de surveillance par satellite, qui avait lancé l'alerte il y 2-3 ans et qu'ils avaient viré soi-disant parce que ses statistiques étaient fausses ? Vont-ils se contenter de “faire baisser les chiffres” par des pirouettes comptables ou vont-ils vraiment stopper la déforestation de l'Amazonie ? J'ai peu d' espoir, car livrer l'Amazonie aux vendales était une promesse électorale de Bolsonaro. Ils vont juste maquiller les chiffres.