Etats-Unis

12 mai 2017 20:07; Act: 12.05.2017 20:09 Print

Le calme olympien du tireur de San Bernardino

Un mois après qu'un homme a ouvert le feu dans une école primaire, tuant une enseignante, qui était sa femme, et un élève, une vidéo montrant son entrée dans l'établissement vient d'être publiée.

Sur ce sujet

L'homme avance calmement dans la cour de l'école élémentaire de San Bernardino quelques instants avant de perpétrer une fusillade. La vidéo de 37 secondes a été diffusée par la police locale jeudi. Elle ne montre évidemment pas l'attaque mais permet de se faire une idée du profil psychologique du tireur.

On peut notamment constater que l'homme, identifié comme étant Cedric Anderson, discute avec le personnel de l'école, signe le registre à l'accueil avant de se diriger toujours aussi calmement vers les salles de classe, note CBS News. «J'ai vu du sang gicler sur le mur, j'ai couru aussi vite que j'ai pu, j'ai perdu une chaussure», avait raconté, après le drame, Brooklyn Johnson, élève de CE1 de l'école élémentaire North Park. Elle était dans la salle de classe quand son enseignante de 53 ans, Karen Smith, a été abattue par son mari, dont elle était séparée. Cedric Anderson, également 53 ans, avait ouvert le feu touchant mortellement un élève de 8 ans et en blessant un autre avant de retourner son revolver contre lui.

Souvenir d'un autre attentat

Le tireur, qui était connu du personnel de North Park, avait dit à l'accueil de l'école qu'il venait «déposer quelque chose pour sa femme». D'après le chef de police Jarrod Burguan il avait eu à faire avec la police par le passé pour violence conjugale, armes et drogues mais n'avait pas fait l'objet de condamnation sérieuse.

Le tragique incident avait eu lieu dans une classe pour enfants handicapés ou nécessitant une prise en charge spéciale. L'événement avait réveillé les souvenirs de l'attentat d'inspiration islamiste survenu à San Bernardino en décembre 2015. Un couple lourdement armé composé d'un Américain et son épouse pakistanaise avait ouvert le feu lors d'un repas de fin d'année pour fonctionnaires de santé, faisant 14 morts et 21 blessés.

(L'essentiel/cga/afp)