Élections en Argentine

27 octobre 2019 13:37; Act: 27.10.2019 13:41 Print

Le candidat péroniste favori aux présidentielles

Le péroniste de centre gauche Alberto Fernandez est donné largement gagnant dans tous les sondages pour la présidentielle de ce dimanche en Argentine.

storybild

Alberto Fernandez (à gauche) et l'ancienne présidente Cristina Kirchner (2007-2015), qui s'est associée à lui comme candidate à la vice-présidence. (photo: AFP/Juan Mabromata)

Sur ce sujet
Une faute?

Le candidat péroniste de centre-gauche Alberto Fernandez est donné favori pour l'élection présidentielle argentine de dimanche, où il affronte le président libéral Mauricio Macri au milieu des craintes d'une réaction négative des marchés financiers. Le scrutin a débuté à 8h heure locale (12h au Luxembourg) et doit s'achever à 18h (22h au Luxembourg). Les résultats seront connus à partir de 21h heure locale (1h au Luxembourg).

«Avec le vote de dimanche, nous devons commencer à tourner la page déshonorante qui a commencé à s'écrire le 10 décembre 2015» (date de la victoire de M. Macri, ndlr), a lancé jeudi M. Fernandez lors de son meeting électoral final. L'ancienne présidente Cristina Kirchner (2007-2015), associée à M. Fernandez comme candidate à la vice-présidence, se trouvait à ses côtés. Si les prévisions de tous les sondages se confirment, M. Fernandez, 60 ans, devrait l'emporter dès le premier tour. Pour cela, il doit obtenir plus de 45% des voix, ou bien plus de 40% des voix avec un avantage de plus de 10 points sur le candidat arrivé en deuxième position. Si ce n'est pas le cas, un second tour aura lieu le 24 novembre.

Pire crise depuis 2001

«J'ai hâte que lundi arrive, que Fernandez et Cristina viennent», s'est exclamé Sergio Esteves, un fleuriste de 48 ans accompagné de ses deux enfants. Selon les sondages, l'écart en faveur de M. Fernandez s'est encore accru depuis les primaires d'août (considérées comme une répétition générale avant l'élection présidentielle), où M. Fernandez avait devancé de 17 points M. Macri, le candidat préféré des marchés. Le président sortant, lui aussi âgé de 60 ans, achève son mandat au milieu de la pire crise économique que l'Argentine ait vécue depuis 2001. En récession depuis plus d'un an, le pays connaît une inflation élevée (37,7% en septembre), une dette massive et un taux de pauvreté en hausse (35,4%, soit un Argentin sur trois).

Mais des investisseurs craignent qu'une victoire d'Alberto Fernandez n'entraîne le retour des politiques interventionnistes de la période du kirchnérisme (2003-2015). Des analystes se demandent en outre qui gouvernerait réellement: M. Fernandez, ancien chef de cabinet de Cristina Kirchner et de son mari Nestor Kirchner (président de 2003 à 2007), ou bien Mme Kirchner, 66 ans. Habitués aux bouleversements économiques, nombre d'Argentins se sont massés vendredi devant les banques et les bureaux de change pour acheter des dollars ou retirer leurs dépôts. M. Fernandez s'est efforcé de les rassurer. "Que les Argentins soient tranquilles, nous allons respecter vos dépôts", a-t-il déclaré, faisant allusion au spectre du "corralito", nom officieux des mesures prises en 2001 en Argentine pour mettre mettre fin à une course à la liquidité et à la fuite des capitaux.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.