Etats-Unis

04 avril 2019 19:19; Act: 04.04.2019 22:59 Print

Le Congrès veut un retrait militaire du Yémen

Le Congrès américain a infligé un sévère camouflet au président Donald Trump, jeudi, en limitant ses pouvoirs en matière d'engagement dans les conflits.

storybild

Le Yemen connait un terrible conflit depuis plusieurs années. (photo: Keystone/Yahya Arhab)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Congrès américain a approuvé jeudi une résolution exhortant Donald Trump à arrêter tout soutien à la coalition saoudienne dans la guerre au Yémen. C'est un sévère camouflet pour le président américain qui va probablement y mettre son veto. En limitant les pouvoirs présidentiels en matière d'engagement dans des conflits à l'étranger, ce vote marque une première historique.

«Nous nous sommes clairement élevés aujourd'hui contre la guerre et la famine, et en faveur des pouvoirs militaires du Congrès, en votant la fin de notre complicité dans la guerre au Yémen», a réagi le sénateur indépendant et candidat à la primaire démocrate Bernie Sanders, auteur de la résolution. La Chambre des représentants, à majorité démocrate, a voté le texte (247 voix pour, contre 175) qu'avait déjà approuvé le Sénat, contrôlé par les républicains.

Revers humiliant

Au moins une quinzaine d'élus républicains de la Chambre ont approuvé la proposition de loi. Soit un revers particulièrement humiliant pour Donald Trump. Ce dernier va sans doute désormais dégainer son droit de veto présidentiel afin de bloquer une mesure adoptée avec le soutien d'une partie de son propre camp. Le sénateur et autre candidat démocrate à la présidentielle de 2020, Cory Booker, s'est adressé directement au président républicain sur Twitter.

«Vous aviez affirmé que 'les grandes nations ne combattent pas dans des guerres sans fin'. Montrez-nous que vous êtes sincère: mettez fin à notre engagement dans cette guerre catastrophique». C'est la première fois en quelque 45 ans que le Congrès utilise une loi, votée en 1973 (War Powers Resolution), afin de limiter les pouvoirs militaires d'un président américain. Avec la résolution sur le Yémen, «le Congrès exige du président qu'il retire les forces armées américaines des hostilités dans, ou affectant, la république du Yémen, à l'exception» des opérations visant al-Qaïda et associés, sous 30 jours après l'adoption du texte.

Résolution «bancale»

La Maison Blanche s'était déclarée en mars «fermement opposée» à cette résolution «bancale». Elle avait laissé entendre que Donald Trump la bloquerait. Le Yémen est déchiré par un conflit dévastateur depuis l'intervention d'une coalition arabe sous commandement saoudien en mars 2015 pour soutenir des forces progouvernementales contre les rebelles Houthis. Ceux-ci sont soutenus par l'Iran, grand rival chiite de l'Arabie saoudite sunnite au Moyen-Orient.

Ce conflit a provoqué la pire catastrophe humanitaire au monde selon l'ONU et a fait plus de 10 000 morts. Des ONG estiment que le bilan des victimes est largement supérieur. Depuis 2015, le Pentagone fournit un «soutien non-combattant» à la coalition menée par l'Arabie saoudite au Yémen, dont la livraison d'armes et du renseignement. Depuis fin 2018, les Etats-Unis ont suspendu leurs opérations de ravitaillement en vol de son aviation.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.