En Inde

02 mai 2019 12:52; Act: 02.05.2019 15:02 Print

Le cyclone Fani provoque 800 000 évacuations

Le service de météorologie indien a dit s'attendre à ce que le cyclone Fani touche terre, vendredi après-midi, au sud de Calcutta.

storybild

La tempête Fani est annoncée comme la plus forte en près de deux décennies dans l'est de l'Inde. (photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Près de 800 000 personnes ont été évacuées de régions de l'est de l'Inde qui pourraient être sur la trajectoire du cyclone Fani, accompagné de fortes précipitations et de rafales dépassant les 200 km/h, ont annoncé jeudi, des responsables indiens.

Le service indien de météorologie a dit s'attendre à ce que la tempête touche terre, vendredi après-midi, dans l’État d'Odisha, au sud de Calcutta, et suive une trajectoire traversant des zones peuplées de plus de 100 millions d'habitants.

Vers des zones sûres

Un responsable de la protection civile de l’État a indiqué à l'AFP que 780 000 personnes avaient été évacuées vers des zones sûres dans la nuit de mercredi à jeudi, dans treize districts de l'Odisha, État comptant 46 millions d'habitants et qui sera le plus touché par le cyclone.

«Nous nous attendons à ce que plus d'un million de personnes quittent la zone de danger dans les douze prochaines heures», a précisé Bishnupada Sethi, commissaire chargé des secours dans l'Odisha.

Plus de 3 000 centres d'accueil ont été mis en place dans des écoles et des bâtiments publics, prêts à recevoir un million de personnes. Les autorités se tiennent prêtes à larguer plus de 100 000 paquets de fruits séchés aux sinistrés.

La plus forte depuis près de 20 ans

Jeudi, la tempête, qui est annoncée comme la plus forte en près de deux décennies dans l'est de l'Inde, était en train de se renforcer au dessus du Golfe du Bengale, à 250 kilomètres des côtes, progressant lentement vers l'ouest.

Le cyclone devrait être accompagné de vents soufflant à 180-190 km/h, avec des rafales à 200 km/h, ce qui en ferait l'équivalent d'un ouragan de catégorie 3 à 4. Il devrait d'abord toucher la ville côtière de Puri, à une soixantaine de kilomètres au sud de la capitale Bhubaneshwar.

Puri est une ville célèbre parce qu'elle abrite le temple de Shree Jagannath, l'un des plus sacrés de l'hindouisme, qui accueille des millions de pèlerins chaque année.

Trains annulés

Plus d'une centaine de trains ont été annulés ces dernières 48 heures, a annoncé la compagnie ferroviaire Indian Railways. Mais trois trains spéciaux effectuent des voyages vers Puri pour évacuer pèlerins et touristes.

Le gouvernement a conseillé à ces derniers de quitter la ville et de reporter tout voyage non essentiel dans la région. Des autocars spéciaux ont également été affrétés. Des dizaines de fonctionnaires équipés de mégaphones parcourent les localités du littoral pour exhorter leurs habitants à évacuer. La marine indienne est également en état d'alerte et les autorités ont exhorté les aéroports de la côte à prendre les précautions nécessaires.

Mises en garde

Les prévisionnistes annoncent des précipitations «fortes à très fortes» vendredi et des pluies «extrêmement fortes» samedi. Les services météorologiques mettent en garde contre de possibles chutes d'arbres, et des dégâts sur les maisons, les lignes électriques et les infrastructures de télécommunications.

Des mesures de précautions ont également été prises dans les États côtiers d'Andhra Pradesh et du Tamil Nadu, où vivent respectivement 50 et 70 millions de personnes. Quelque 300 000 personnes avaient été évacuées en octobre des districts côtiers d'Odisha frappés par le cyclone Titli, qui avait fait au moins deux morts.

L'est et le sud-est de l'Inde sont régulièrement frappés par des tempêtes tropicales entre avril et décembre. En 2017, 250 personnes avaient été tuées lors du passage du cyclone Ockhi dans le Tamil Nadu et le Kerala.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.