Loi aux États-Unis

05 septembre 2021 09:47; Act: 05.09.2021 16:13 Print

Le débat sur les chasseurs de primes est relancé

Un texte de loi au Texas encourage les habitants, contre récompense, à porter plainte au civil contre ceux qui aideraient des femmes à avorter après six semaines de grossesse.

storybild

La nouvelle loi permet aux citoyens de dénoncer, contre récompense, ceux qui aident les femmes à avorter. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L’expression «chasseur de primes» rappelle les temps anciens des célèbres posters «Wanted» et des cow-boys justiciers du Far West américain. Mais ils existent encore aux États-Unis, où une nouvelle loi texane sur l’avortement a réveillé le débat sur cette activité controversée permettant à de simples citoyens de dénoncer, contre récompense, ceux qui aident les femmes à avorter.

«Cela semble ridicule, presque anti-Américain», s’est indigné Joe Biden vendredi, y voyant un encouragement à la délation. «La chose la plus pernicieuse dans cette loi au Texas est que cela crée une sorte de système de justiciers autoproclamés, avec des gens qui perçoivent des récompenses», a déploré le président américain. La loi entrée en vigueur mercredi se distingue d’autres initiatives anti-avortement aux États-Unis car elle repose «exclusivement» sur les citoyens. Elle encourage ainsi les habitants à porter plainte au civil contre ceux qui aideraient des femmes à avorter après six semaines de grossesse, quand la plupart ignorent être enceintes.

Au moins 10 000 dollars

Cet entourage peut inclure le docteur mais aussi potentiellement le chauffeur du taxi qui a amené la patiente à la clinique, ou des proches qui l’ont aidée à financer la procédure. En cas de condamnation, le citoyen qui a dénoncé, devenu plaignant, percevra au moins 10 000 dollars (8 415 euros) de «dédommagement». Saisie en urgence par des associations de planning familial, la Cour suprême a refusé de bloquer cette loi, portant le coup le plus sévère au droit à l’avortement en près d’un demi-siècle aux États-Unis.

Parmi ceux qui auraient voulu s’y opposer, la magistrate progressiste Sonia Sotomayor a dénoncé une décision «stupéfiante», prise par cinq magistrats sur neuf: «Dans les faits, (le Texas) a mandaté les citoyens de cet État pour devenir des chasseurs de primes». Déjà, des associations appellent à dénoncer anonymement ceux qui «aident ou soutiennent» des femmes cherchant à avorter. Et des responsables conservateurs d’autres États américains ont dit vouloir suivre l’exemple texan.

(L'essentiel/afp)