Puneeth Rajkumar

23 novembre 2021 08:20; Act: 23.11.2021 08:34 Print

Le don de ses yeux crée un mouvement en Inde

Décédé le mois dernier, le comédien indien Puneeth Rajkumar, a fait don de ses yeux à la science. La révélation a entraîné des foules d'admirateurs qui veulent suivre son exemple.

storybild

Plus de 7 000 personnes se sont engagés à donner leurs yeux depuis la mort de Rajkumar, selon le Dr Bhujang Shetty. (photo: AFP/Manjunath Kiran)

Sur ce sujet
Une faute?

Surnommé «Powerstar», en raison de ses rôles dans de nombreux films d'action, le comédien a succombé prématurément à une crise cardiaque, à l'âge de 46 ans, à Bangalore, le mois dernier. À l'annonce de son décès, des milliers de fans se sont rassemblés dans les rues de la ville pour partager leur peine.

La foule a guetté et suivi l'ambulance qui transportait son corps à l'hôpital. Le Premier ministre Narendra Modi a qualifié sa perte de «cruel coup du sort».

Dans les jours qui ont suivi, la presse a révélé que Puneeth Rajkumar avait fait don de ses yeux. Sa cornée pourrait permettre à quatre personnes de recouvrer la vue.

Tradition familiale

«Sa famille a pour tradition de donner leurs yeux», a expliqué à l'AFP, le docteur Bhujang Shetty, directeur général de l'hôpital Narayana Netralaya, qui a collecté le don du défunt, autorisé par son frère Raghavendra.

Il a suivi l'exemple de son père médecin en 2006, et de sa mère en 2017, qui avaient fait don de leurs yeux après leurs décès respectifs, selon le médecin. Cette révélation a pris une tournure d'une ampleur inattendue dans les environs de Bangalore, selon des médecins de la ville.

«Nous observons un grand nombre de personnes qui se présentent pour enregistrer leur don», a raconté à l'AFP, Rekha Gyanchand, directrice médicale dans la banque internationale des yeux Lions. «Il y a une vraie prise de conscience».

«Nous avons collecté 112 yeux»

«Il a en quelque sorte rappelé aux gens qu'il fallait donner ses yeux», plutôt que de les abandonner à la crémation ou l'inhumation, estime-t-elle.

À l'hôpital, Narayana Netralaya, sur des affiches et des brochures apparaît le visage souriant de la vedette, accompagné d'un message invitant le public à faire don de la vue.

Une file de jeunes hommes fait la queue devant un tréteau, attendant de parler aux membres du personnel et de remplir des formulaires de promesse de don. Plus de 7 000 personnes se sont engagés à donner leurs yeux, depuis la mort de Rajkumar, selon le Dr Bhujang Shetty.

«Dans les jours qui ont suivi le décès de Puneeth, nous avons collecté 112 yeux», consentis pour des transplantations par les proches de personnes qui venaient de mourir, a-t-il ajouté.

«Ne pas perdre ses yeux»

Parmi ces défunts, figurait le frère de Subramani, un chauffeur licencié en raison de ses troubles de la vision qui a lui-même bénéficié d'une greffe de la cornée, il y a deux semaines à peine.

«Maintenant que mon frère est décédé, nous ne voulons pas perdre ses yeux, nous aimerions donner ses yeux à quelqu'un et (agir) comme celui qui m'a donné des yeux», a-t-il déclaré à l'AFP.

Puneeth Rajkumar avait fait ses débuts au cinéma, quand il n'était qu'un enfant et comptait une trentaine de films à son palmarès, dont son premier grand film d'action intitulé «Appu», en langue kannada.

Il s'était imposé comme l'une des stars les plus en vue de l'industrie cinématographique de Bangalore (centre) plus connue pour être la cité de la haute technologie indienne. Puneet Rajkumar laisse derrière lui sa femme Ashwini Revanth et deux enfants, sans oublier ses fans éperdus de douleur.

Parmi eux, cette femme au foyer, Uma Aravind Kumar à Bangalore, décidée à faire don de ses yeux. «À la suite de Puneeth, notre fils a promis ses yeux à notre insu», a-t-elle raconté à l'AFP, «cela m'a plu et j'ai voulu faire don (des miens) aussi».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • neo le 23.11.2021 12:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et pourquoi que les yeux..quitte a faire don de ses organes?

  • Ciril Licac le 23.11.2021 20:52 Report dénoncer ce commentaire

    Superstar indienne, pratiquant feru de yoga, acteur le plus en forme du marche indien, il se vaccine en avril et pop, crise cardiaque. Vous pouvez nous dire quand il avait fait sa 2e ou 3e injection? Parce qu'entre nous, on arrete pas le monde pour 2, 3 paires d'yeux en ce moment

Les derniers commentaires

  • Ciril Licac le 23.11.2021 20:52 Report dénoncer ce commentaire

    Superstar indienne, pratiquant feru de yoga, acteur le plus en forme du marche indien, il se vaccine en avril et pop, crise cardiaque. Vous pouvez nous dire quand il avait fait sa 2e ou 3e injection? Parce qu'entre nous, on arrete pas le monde pour 2, 3 paires d'yeux en ce moment

  • neo le 23.11.2021 12:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et pourquoi que les yeux..quitte a faire don de ses organes?

    • Hervé Blochet le 23.11.2021 14:54 Report dénoncer ce commentaire

      Les yeux sont ce qui est le plus facilement prélevable. C'est bien beau d'avoir des donneurs, mais la durée de conservation est très limitée et il faut avoir un receveur compatible sous la main. C'est avec les yeux qu'on a le moins de problème.