Réchauffement climatique

08 octobre 2018 07:09; Act: 08.10.2018 12:28 Print

Le Giec appelle à des efforts «sans précédent»

Dans un rapport, les scientifiques exposent les nombreux impacts du réchauffement climatique déjà à l’œuvre, et notamment la menace d'emballement au-delà d'1,5°C.

storybild

Pour le Giec, pour rester à 1,5°C, les émissions de CO2 devront chuter drastiquement dès avant 2030.

Sur ce sujet
Une faute?

Le monde devra engager des transformations «rapides» et «sans précédent», s'il veut limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, soulignent les experts climat de l'ONU (Giec), mettant en garde contre des risques accrus au-delà de ce seuil. Dans un rapport de 400 pages, dont le «résumé à l'intention des décideurs politiques» a été publié lundi, les scientifiques exposent les nombreux impacts déjà à l’œuvre, et notamment la menace d'emballement au-delà d'1,5°C de réchauffement (par rapport aux niveaux pré-industriels): vagues de chaleur, extinctions d'espèces, ou déstabilisation des calottes polaires, source de montée des océans sur le long terme.

«Chaque petit accès de réchauffement supplémentaire compte, d'autant que passer 1,5°C accroît le risque de changements profonds voire irréversibles, comme la perte de certains écosystèmes», explique Hans-Otto Pörtner, coprésident de cette session du Giec qui a réuni chercheurs et représentants des États toute la semaine dernière en Corée du sud. Si le mercure continue de grimper au rythme actuel, sous l'effet des émissions de gaz à effet de serre, il devrait atteindre +1,5°C entre 2030 et 2052, note le rapport, basé sur plus de 6 000 études. Et si les États s'en tiennent à leurs engagements de réduction d'émissions pris dans le cadre de l'accord de Paris en 2015, ce sera +3°C à la fin du siècle.

«Faisabilité»

Alors que faire, tandis que 2017 a encore vu les émissions mondiales liées à l'énergie repartir à la hausse? Pour le Giec, pour rester à 1,5°C, les émissions de CO2 devront chuter drastiquement dès avant 2030 (-45% d'ici 2030) et le monde atteindre une «neutralité carbone» en 2050 (autrement dit il faudra cesser de mettre dans l'atmosphère plus de CO2 qu'on ne peut en retirer). Villes, industries, énergie, bâtiment... tous les secteurs sont appelés à s'atteler à de «profondes réductions d'émissions»: rester à 1,5°C demandera «une transition rapide» et d'une ampleur «sans précédent». Le Giec insiste sur l'énergie - charbon, gaz, pétrole étant responsables des trois quarts des émissions.

Et propose plusieurs scénarios chiffrés incluant différentes combinaisons d'actions. «Le rapport donne aux décideurs politiques l'information qu'il leur faut pour prendre des décisions tout en considérant aussi les besoins des populations», explique la sud-africaine Debra Roberts, autre coprésidente de cette réunion. «Les années à venir seront les plus déterminantes de notre histoire», estime-t-elle. Pour la climatologue Valérie Masson-Delmotte, également à Incheon, c'est «un constat lucide et difficile: la politique des petits pas ça ne suffit pas». «Il nous dit "si on n'agit pas maintenant, on va vers un monde où on sera en permanence en gestion de crises", dit-elle. Il y a des actions en cours dans le monde, mais il faudrait les accélérer. La vraie question de la faisabilité c'est celle-là: les gens sont-ils prêts à agir, et y aura-t-il assez de volonté politique collective?».

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • MC57 le 08.10.2018 07:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Continuez à consommer sur-consommer !!! A acheter n’importe quoi avoir le dernier téléphone à la mode !!! Quelle tristesse ce monde de matérialiste............

  • quidam vigilant le 08.10.2018 12:31 Report dénoncer ce commentaire

    Qu'on supprime la détaxation du kérosène des avions. Il est anormal de ne payer que 100 euros un billet d'avion alors que le même trajet en train revient à 600 euros.

  • oss. 117 ? le 08.10.2018 07:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ont nous demande un effort pour diminuer la pollution ??et les plus gros pollueur continue '' les pl ' les bus 'les avions 'le monde agricole ' les centrales nucléaires pourrie mais cela ' chutt le fric decide. !!!

Les derniers commentaires

  • une vérité qui dérange le 08.10.2018 19:15 Report dénoncer ce commentaire

    Le rapport du GIEC contient notament la recommandation suivante. Il faut faire moins d'enfants. Bizarement, presque personne ne respecte cette recommandation.

  • Teletravail le 08.10.2018 17:53 Report dénoncer ce commentaire

    Commençons par promouvoir le télétravail, p. ex. 1 ou 2 jours par semaines. Je suis sûr que beaucoup de tâches peuvent être réalisées à distance! Et beaucoup de personnes se déplacent pour tenir des réunions en tête à tête alors qu'il y a la vidéo-conférence...

  • LiNh le 08.10.2018 17:39 Report dénoncer ce commentaire

    Ça y est. Le facteur démographique a été discuté et voilà que le problème n'est plus la façon de produire ou de consommer mais la façon de faire les bébés. Plus on sera sur cette planète et plus on produira et on consommera et pour certains la solution serait de contrôler notre démographie afin de pouvoir encore consommer et produire bêtement sans se remettre en question.... heureusement que nos chefs d'État enfin la plupart ne raisonnent pas de manière aussi simpliste.

  • Constat le 08.10.2018 16:23 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut des interdictions au niveau étatique, autrement ça ne changera jamais. Les gens soit-disant respectueux de l'écologie continueront à "consommer" (SUV, motos, mini-trips en avion, F1, stock-cars, tractor pulling, quads, viande en abondance, croisières, bling-bling, matérialisme ...). Mais comme aller sur Mars est plus important que de nettoyer les océans, alors je me fais du soucis

  • agent smith le 08.10.2018 15:34 Report dénoncer ce commentaire

    si on respecte l'accord de Paris ca limitera a +5°C... donc il faudra faire BEAUCOUP plus...