Au Vatican

27 avril 2014 10:32; Act: 27.04.2014 20:34 Print

Le Grand-​​Duc a assisté à la double canonisation

Le Grand-Duc Henri et la Grande-Duchesse Maria Teresa ont rencontré le pape, ce dimanche, peu avant que Jean Paul II et Jean XXIII soient faits saints.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

La foule a applaudi après que le pape, très grave, a récité la formule en latin pour la sanctification du pape polonais Karol Wojtyla (1978-2005) et du pape italien du Concile Vatican II, Angelo Giuseppe Roncalli (1958-1963). Auparavant le cardinal Angelo Amato, préfet de la cause des saints, avait adressé trois demandes successives au pape, pour marquer la solennité de la démarche: «Très saint-père, la Sainte Église, confiante dans la promesse du Seigneur d'envoyer sur elle l'Esprit de vérité, qui à toute époque a préservé de l'erreur le magistère suprême, supplie avec force Votre Sainteté de vouloir inscrire ces fils élus dans le catalogue des saints».

Le pape a répondu alors par la longue formule consacrée en latin, langue de l’Église: «En l'honneur de la Sainte Trinité, par l'exaltation de la foi catholique et l'accroissement de la vie chrétienne, avec l'autorité de Notre Seigneur Jésus Christ, des saints apôtres Pierre et Paul, après avoir longuement réfléchi, invoqué plusieurs fois l'aide de Dieu et écouté l'avis de beaucoup de nos frères dans l'épiscopat, nous déclarons et définissons saints les bienheureux Jean XXIII et Jean Paul II, et nous les inscrivons dans le catalogue des saints et établissons que dans toute l’Église ils soient dévotement honorés parmi les saints», a dit solennellement le pape argentin. La foule a aussitôt acclamé les deux saints pendant que les cloches résonnaient dans les églises de la Ville éternelle. Auparavant le pape François était allé donner chaleureusement l'accolade au pape Benoît XVI au premier rang, parmi les cardinaux.

«Je suis très ému»

Au total, entre 800 000 et un million de participants étaient attendus au Vatican et dans tout Rome où des écrans géants ont été installés pour permettre aux pèlerins d'assister -en 3D- à un spectacle sans précédent. Dès 7h, la grande Via de la Conciliazione qui mène à la basilique Saint-Pierre était une forêt de drapeaux, principalement polonais. L'un d'entre eux, immense et tenu par des ballons, flottait au-dessus de la place. Les fidèles, que la police retenait et faisait avancer par vagues, affluaient par milliers en direction de la place Saint-Pierre. Enthousiasme et fatigue marquaient les visages après la nuit blanche. Beaucoup ont dormi dans les parages, dans des sacs de couchage posés à même l'herbe ou les bancs. Ou participé à des veillées de prières.

«Je suis très fatiguée. Je n'ai pas dormi mais je suis très excitée. Pour le Mexique Jean Paul représente l'amour, la loyauté envers Dieu», explique à l'AFP, Maria, une Mexicaine de 20 ans. Luigi Villa, 77 ans, venu avec le groupe de Sotto il Monte, le village de Jean XXIII, est aussi tout sourire: «cela fait quatre jours que je dors trois heures pour être là, pour voir ça, autant vous dire que je suis très ému!». Le Grand-Duc Henri et la Grande-Duchesse Maria Teresa étaient également présents.

(L'essentiel/AFP)