Climat

23 avril 2019 08:49; Act: 23.04.2019 11:05 Print

Le Groenland ne cesse de fondre depuis 1972

Des scientifiques ont mesuré le recul de la glace sur l'île. Résultat: elle y fond six fois plus vite aujourd'hui que dans les années 1980.

storybild

D'après les scientifiques, les glaciers du Groenland ont fait monter le niveau des océans de 13,7 millimètres depuis 1972. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Mesurer la fonte des glaces au Groenland ou en Antarctique est un exercice relativement précis en 2019, grâce à un arsenal de satellites, de stations météo et de modèles climatiques sophistiqués.

Les scientifiques savaient même le faire assez bien pour les années 1990 et 2000, mais les estimations des décennies précédentes étaient jusqu'à présent peu fiables, car les satellites et autres technologies de mesures étaient moins avancés. Dans une étude parue lundi dans les Compte-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS), des chercheurs ont recalculé la perte de glaces depuis 1972, date de la mise en orbite des premiers satellites Landsat ayant photographié régulièrement le Groenland.

Six fois plus de fonte

«Quand on regarde sur plusieurs décennies, il vaut mieux s'asseoir sur sa chaise avant de regarder les résultats, parce que ça fait un petit peu peur de voir à quelle vitesse ça change», dit à l'AFP le glaciologue français Eric Rignot, à l'Université de Californie à Irvine, coauteur de l'étude avec des collègues en Californie, à Grenoble, Utrecht et Copenhague. «C'est aussi quelque chose qui affecte les quatre coins du Groenland, pas juste les parties plus chaudes au Sud».

Les glaciologues disposent de trois méthodes pour mesurer la fonte glaciaire. Des satellites mesurent tout simplement l'altitude - et ses variations - grâce à un laser: si un glacier fond, le satellite voit son altitude baisser. Une seconde technique consiste, depuis 2002 grâce à des satellites de la Nasa, à mesurer les variations de gravité terrestre: les montagnes ne bougeant (presque) pas, ce sont les mouvements et transformations de l'eau qui les expliquent.

Forte accélération de la fonte depuis 2010

L'équipe a utilisé ces modèles pour «remonter dans le temps» et reconstruire en détails où en était la glace du Groenland dans les années 1970 et 1980. Le peu de données dont ils disposaient pour cette période (photos satellites de moyenne résolution, photos aériennes, carottages de neige et autres observations de terrain) a permis d'affiner le modèle. «On a ajouté un petit morceau d'histoire qui n'existait pas», ajoute Eric Rignot.

Le résultat est que dans les années 1970, le Groenland a gagné 47 gigatonnes de glace par an en moyenne (Gt/an), avant d'en perdre un volume équivalent dans les années 1980. La fonte continue à ce rythme dans les années 1990, avant une accélération forte à partir des années 2000 (187 Gt/an) et surtout depuis 2010 (286 Gt/an).

Montée des océans de 13,7 millimètres

La glace y fond donc six fois plus vite aujourd'hui que dans les années 1980, estiment les chercheurs. Les glaciers du Groenland, rien qu'à eux, auraient contribué à faire monter le niveau des océans de 13,7 millimètres depuis 1972.

«C'est un travail excellent, par une équipe de recherche bien établie qui utilise des méthodes nouvelles pour extraire plus d'informations des données disponibles», a commenté Colin Summerhayes, du Scott Polar Research Institute à Cambridge.

Comme un travail similaire de la même équipe pour l'Antarctique, la nouvelle étude offre un contexte plus long à la fonte rapide observée au Groenland, ces dernières années. «La fonte glaciaire observée depuis huit ans est équivalente à celle des quatre décennies précédentes», résume Amber Leeson, de l'Université de Lancaster.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • John le 23.04.2019 11:44 Report dénoncer ce commentaire

    La nature tire doucement sa révérence... Il serait préférable d'essayer d'inverser la tendance, si on ne veut pas courir à notre perte nous aussi....

  • cyrixx le 23.04.2019 13:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    réaliste: l'extinction d'espèces que nous constatons actuellement est peu liée au réchauffement climatique, elle est due aux déversements de produits chimiques, nucléaire, etc dans la nature, à la déforestation, à l'urbanisation massive, à l'augmentation massive de la population

  • gilbert le 23.04.2019 14:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    si les ''' USA ''n avez commencer le canal dans l antarctique pour rejoindre ''l Asie ''se serait meilleur ' hé oui ''!

Les derniers commentaires

  • Vite le 24.04.2019 11:13 Report dénoncer ce commentaire

    Je l'avais remarqué aussi, je dois manger mes glaces bien plus vite que dans mon enfance.

  • Soleil le 24.04.2019 08:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi j ai pas fait de gosse mais faut pas faire tous comme moi sinon j aurais pas de retraite. Pb résumé en une phrase, surpopulation engendre surconsommation et surpollution, sans compter que si le monde entier vivait comme nous, ça serait bien pire. Les jeunes consomment différemment mais tout autant si ce n’est plus d’énergie, la source de tous les conflits du 20ème siècle. Bref, c’est pas vraiment solvable comme pb.

  • luxo le 23.04.2019 21:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a urgence climatique ! Notre pays ne peut plus continuer sa croissance car nous sommes le pays qui impacte le plus la planète. Ce n’est pas l’augmentation de la population mondiale qui pose un problème mais celle des pays riches comme le nôtre. Demandons aux luxembourgeois de laisser leurs véhicules de luxe au garage et de se déplacer à vélo même en hiver.

  • Le Soviétique le 23.04.2019 17:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est terrible ce que l'homme fait mais la vie continue malgré tout. Pareil, depuis l'assèchement de la Mer d'Aral, la vie continue.

  • gilbert le 23.04.2019 14:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    si les ''' USA ''n avez commencer le canal dans l antarctique pour rejoindre ''l Asie ''se serait meilleur ' hé oui ''!