Affaire Khashoggi

10 septembre 2019 21:52; Act: 11.09.2019 09:40 Print

Le meurtre de Khashoggi retranscrit en détail

Le quotidien turc «Sabah» a publié le contenu des enregistrements effectués par les services secrets au consulat saoudien, à Istanbul, le jour de l'assassinat du journaliste.

storybild

Jusqu'au dernier moment, Jamal Khashoggi a cru qu'il allait être enlevé, mais pas assassiné. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

C'est un document glaçant que publie le quotidien turc Daily Sabah. Le média s'est procuré le contenu des enregistrements effectués par les services secrets turcs dans l'enceinte du consulat saoudien, à Istanbul, le jour où Jamal Khashoggi a été assassiné. Le 2 octobre 2018, deux membres du commando chargé de supprimer le journaliste discutent de la marche à suivre. Leur conversation est digne d'un film noir: «Est-ce qu'on pourra mettre le tronc dans un sac?» s'interroge Maher Moutreb, agent des services de renseignements saoudiens. Salah Al-Toubaigy, médecin légiste travaillant pour le ministère saoudien de l'Intérieur, lui répond: «Non, trop lourd. Et trop grand aussi».

Le légiste poursuit: «J'ai toujours travaillé sur des cadavres. Je sais comment les démembrer rapidement. Bien que je ne n'aie jamais travaillé sur un corps encore chaud, je pense que je devrais pouvoir le faire facilement. Après le démembrement, vous mettrez les morceaux dans des sacs en plastique et vous les sortirez». À 13h14, un autre membre du commando, non identifié, informe ses acolytes de l'arrivée de Jamal Khashoggi. Dans un bureau du deuxième étage, le journaliste est tenu en joue. Il informe ses ravisseurs qu'il a deux téléphones. Mutreb lui donne alors l'ordre d'écrire un message à son fils: «Vous allez écrire quelque chose du genre: "Je suis à Istanbul. Ne t'inquiète pas si tu ne peux pas me joindre". Khashoggi refuse d'obtempérer.

Des restes humains non retrouvés

«Écrivez monsieur Jamal. Dépêchez-vous. Aidez-nous et nous pourrons vous aider, parce que nous allons vous ramener en Arabie saoudite. Et si vous ne nous aidez pas, vous savez ce qui va se passer», lui répond Mutreb. Le journaliste remarque alors la présence d'une serviette. «Vous allez me droguer?» demande-t-il. «Nous allons vous endormir», répond son interlocuteur. Khashoggi ne s'attend pas à être assassiné. Juste avant de perdre connaissance, il demande une faveur à ses bourreaux: «Ne fermez pas ma bouche. Je fais de l'asthme. Ne le faites pas, vous m'étoufferiez». Le journaliste s'endort et ses bourreaux lui placent un sac plastique sur la tête jusqu'à ce qu'il ne respire plus.

À 13h39, le commando commence à démembrer la victime, dont les restes seront transportés à l'extérieur du consulat dans des valises. À ce jour, ils n'ont toujours pas été retrouvés. Trois mois après le meurtre, un procès s'est ouvert devant une cour pénale de Riyad. Onze suspects comparaissent, et la peine de mort a été requise pour cinq d'entre eux. Riyad, qui avait d'abord nié toute implication, évoque désormais une opération menée par des éléments «hors de contrôle» qui aurait mal tourné.

(L'essentiel/joc)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Rital le 11.09.2019 00:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le respect est primordial en Arabie Saoudite pour les hommes et les femmes.

  • Maria.weber.ma le 11.09.2019 00:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on a froid au dos comment on peut tuer de sang froid comme ça quelle tristesse pourquoi tant des crimes comme ça

Les derniers commentaires

  • Maria.weber.ma le 11.09.2019 00:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on a froid au dos comment on peut tuer de sang froid comme ça quelle tristesse pourquoi tant des crimes comme ça

  • Le Rital le 11.09.2019 00:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le respect est primordial en Arabie Saoudite pour les hommes et les femmes.