Stations balnéaires

10 septembre 2021 07:32; Act: 10.09.2021 13:04 Print

Le Mexique tremble devant l’ouragan Olaf

Dans le nord-ouest du Mexique, Cabo San Lucas et San Jose del Cabo craignent l’impact de la tempête sur leurs côtes et se barricadent.

storybild

Un restaurateur plie sa terrasse à Cabo San Lucas, Mexico, en vue de l’arrivée de l’ouragan, ce 9 septembre 2021. (photo: REUTERS)

Sur ce sujet
Une faute?

La tempête Olaf s’est renforcée pour devenir un ouragan de catégorie 2 dans la nuit de jeudi à vendredi et a touché une côte près de San José del Cabo, dans l’Etat de Baja California Sur, dans le nord-ouest du Mexique, où se trouve la station balnéaire populaire de Los Cabos, a informé le Centre national des ouragans américain (NHC).

«Olaf a touché terre très près de San Jose del Cabo», a déclaré le NHC dans son dernier rapport. A 5h20 heure ce vendredi, le cyclone se trouvait à 40 km/h au large de Cabo San Lucas et à 135 km de La Paz, en Basse-Californie du Sud (nord-ouest), a précisé le NHC. Il se déplaçait vers le nord-ouest à 19 km/h accompagné des vents évoluant jusqu’à 155 km/h, ce qui en fait un ouragan catégorie 2 sur l’échelle de Saffir-Simpson, qui compte cinq niveaux.

Pluies torrentielles

Les bandes nuageuses «provoquent des pluies torrentielles ponctuelles de 150 à 250 millimètres en Basse-Californie du Sud», a de son côté prévenu le Service météorologique national mexicain (SMN). La protection civile de l’Etat a déclaré que tôt ce matin, les ports étaient fermés à la navigation dans les stations balnéaires de Cabo San Lucas et San Jose del Cabo. Vingt-trois vols ont également été suspendus à l’aéroport de Los Cabos et un à celui de La Paz.

En raison de sa situation géographique, le Mexique est sensible à l’impact des ouragans. Fin août, l’ouragan Nora a touché terre dans l’État mexicain de Jalisco, sur le Pacifique, faisant un mort et un disparu. En août également, l’ouragan Grace, de catégorie 3, a touché terre à Veracruz, dans l’est du Mexique, tuant au moins 11 personnes dans cet État et dans celui voisin de Puebla, dans le centre du pays.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.