Afrique

20 mars 2020 07:35; Act: 20.03.2020 10:22 Print

Le Niger tue une «figure de proue» de Boko Haram

Ibrahim Fakoura, un des chefs de faction de Boko Haram et plusieurs de ses compagnons ont été tués lors d'une opération de l'armée nigérienne.

storybild

Des soldats de l'armée nigérienne en mai 2015.

Sur ce sujet
Une faute?

Le ministère de la Défense du Niger, a annoncé jeudi soir avoir tué une «figure de proue» du groupe jihadiste Boko Haram, Ibrahim Fakoura, lors d'une opération dans les îles du lac Tchad (Sud-Est), repaire d'islamistes nigérians.

«Les éléments des forces armées nigériennes déployés dans la région de Diffa ont mené une opération sur les îles nigériennes du lac Tchad, du 10 au 16 mars. L'opération a permis d'éliminer Ibrahim Fakoura, un des chefs de faction de Boko Haram et plusieurs de ses compagnons», selon un communiqué du ministère nigérien de la Défense, lu à la télévision publique.

Ibrahim Fakoura est une «figure de proue de l'État islamique en Afrique de l'Ouest» (Boko Haram a prêté allégeance à l'État islamique en 2015). Il est «impliqué dans plusieurs attaques horribles contre les civils et les forces de défense et de sécurité», ajoute le ministère, qui l'accuse aussi d'avoir participé aux «enlèvements contre paiement de rançons» fréquents dans cette région.

Partenaire stratégique à l'appui

L'opération, qui «s'inscrit dans le cadre des opérations de la Force multinationale mixte (Niger-Nigeria-Tchad-Cameroun)», a été «conçue et planifiée par des éléments des armées nigérienne et nigériane et appuyée par un partenaire stratégique», précise la Défense nigérienne, sans préciser de quel pays elle parlait. Les États-Unis et la France disposent de bases au Niger.

Lundi, les autorités de Niamey avaient annoncé avoir «neutralisé» 50 combattants du groupe, après une attaque des islamistes contre une position de l'armée à Toummour, dans le Sud-Est également.

La région de Diffa abrite selon l'ONU 120 000 réfugiés nigérians, et des milliers de déplacés, fuyant les exactions de Boko Haram. Mi-février, une vingtaine de personnes étaient mortes et plusieurs blessées dans une bousculade, au cours d'une distribution de vivres et d'argent à des réfugiés et déplacés à Diffa.

(L'essentiel/afp)