Église catholique

21 novembre 2019 12:35; Act: 21.11.2019 12:45 Print

Le pape François appelle à protéger les enfants

Depuis la Thaïlande, le pape a mis l'accent sur la protection des enfants, au deuxième jour de sa tournée asiatique.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le pape François a estimé jeudi que «l'avenir» des peuples se construisait en protégeant «la dignité des enfants», dans son premier discours prononcé en Thaïlande, face aux autorités civiles et politiques du pays. «Je pense à toutes ces femmes et à tous ces enfants de notre temps rendus particulièrement vulnérables, violentés et exposés à toutes les formes d'exploitation, d'esclavage, de violence et d'abus», a déclaré le souverain pontife.

Il est arrivé la veille en Thaïlande pour un voyage qu'il prolongera à partir de samedi au Japon. Ses déclarations interviennent trente ans après la signature de la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant et de l'adolescent, signée le 20 novembre 1989. Trois décennies plus tard, l'Asie du Sud-Est compte encore de nombreux cas d'exploitation sexuelle des plus jeunes.

Via webcam

Dans la région, «près de 70% des victimes de trafic à des fins d'exploitation sexuelle ont en dessous de l'âge légal», relève l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime dans son dernier rapport 2019. Des dizaines de milliers d'enfants sont notamment exploités via webcam, tout particulièrement aux Philippines, mais aussi en Indonésie, au Cambodge et en Thaïlande.

En présence du Premier ministre thaïlandais, le général Prayut Chan-O-Cha, ainsi que des autorités civiles du pays, le pape a pris soin de louer les efforts du gouvernement pour «éliminer le fléau» de l'exploitation sexuelle des plus jeunes.

La possession de matériel pédopornographique est considérée comme un crime depuis 2015 dans le royaume. La même année, une force spéciale chargée d'enquêter sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet a été mise en place.

Dialogue interreligieux

Le pape argentin de 82 ans, fervent adepte du dialogue interreligieux, a rencontré le 20e patriarche suprême, Somdej Phra Maha Muneewong, dans un haut lieu du bouddhisme, religion pratiquée à plus de 95% dans le royaume.

Avant de rentrer dans le temple historique du patriarche à Bangkok, François a pris le soin d'enlever ses souliers foulant les tapis du temple en chaussettes noires, certains cardinaux l'accompagnant dévoilant leurs chaussettes rouges. Puis il a écouté attentivement les paroles de son hôte bouddhiste, pieds nus et drapé du traditionnel «jee worn», habit ocre dévoilant une épaule.

«Depuis l'arrivée du christianisme en Thaïlande, voici quatre siècles et demi, les catholiques, bien que minoritaires, ont joui de la liberté dans leur pratique religieuse et ont vécu de nombreuses années en harmonie avec leurs frères et sœurs bouddhistes», a loué le pape. Et il a exprimé son engagement personnel pour «le renforcement d'un dialogue ouvert et respectueux au service de la paix», appelant à des initiatives communes de charité envers les pauvres.

La Thaïlande compte environ 300 000 moines, répartis dans 40 000 temples. Évangélisée par des missionnaires jésuites au milieu du XVIe siècle, les quelque 400 000 catholiques y sont ultraminoritaires.

François reste jusqu'à samedi en Thaïlande, puis s'envolera vers le Japon, une deuxième étape beaucoup plus politique puisqu'il se rendra à Nagasaki et Hiroshima, où il y a 74 ans des bombes atomiques américaines firent respectivement 74 000 et 140 000 morts.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Olivier le 21.11.2019 14:21 Report dénoncer ce commentaire

    l'Eglise qui demande la protection des enfants, c'est l'hopital qui se fout de la charité, qu'ils commencent par faire le ménage parmi les prêtres

  • Catho le 21.11.2019 14:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Protéger les enfants.... Excellente idée... Si commençait à faire le ménage ds ses troupes exemple : barabarin et les centaines de curés pédophiles maintenus ds leur fonction et mutés

Les derniers commentaires

  • Olivier le 21.11.2019 14:21 Report dénoncer ce commentaire

    l'Eglise qui demande la protection des enfants, c'est l'hopital qui se fout de la charité, qu'ils commencent par faire le ménage parmi les prêtres

  • Catho le 21.11.2019 14:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Protéger les enfants.... Excellente idée... Si commençait à faire le ménage ds ses troupes exemple : barabarin et les centaines de curés pédophiles maintenus ds leur fonction et mutés