Au Mexique

24 septembre 2020 22:58; Act: 25.09.2020 11:42 Print

Le pick-​​up des narcotrafiquants explose

Une grenade dégoupillée par erreur serait à l’origine de la déflagration, d’après les autorités. Mais la version non officielle parle d’un règlement de comptes.

Sur ce sujet
Une faute?

La vidéo de l’explosion d’un pick-up, au Mexique, circule depuis quelques semaines sur les réseaux sociaux. On y assiste à la déflagration, puis le conducteur perd la maîtrise du véhicule. L’accident a fait un mort et trois blessés graves.

D’après le rapport officiel de l’enquête, l’accident s’est produit le 4 septembre dernier dans la commune d’Altar, dans l’État mexicain de Sonora (nord). Il serait dû à l’explosion d’une grenade à fragmentation qui se trouvait à l’intérieur du véhicule. Dans la zone, les attaques entre groupes rivaux sont fréquentes. Des armes de toutes sortes sont utilisées lors de ces affrontements: mitraillettes, lance-grenades ou encore fusils sont monnaie courante.

Une version non officielle parle, elle, d’une attaque contre José Bibiano Cabrera Cabrera, alias El Durango. L’homme est à la tête du groupe de tueurs à gages «Gente Nueva», qui fait partie du cartel de Sinaloa, explique le site laopinion.com.

(L'essentiel/20minutes)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Vienne Luc le 25.09.2020 07:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans un pays où les cartels sont capables de découper les avants bras d'une femme vivante avant de la décapiter au couteau de boucher, rien ne m'étonnera plus. Ce qui m'interpelle par contre, c'est de croire que ces mêmes sauvages deviennent "civilisés" dès lors qu'ils reçoivent un permis de séjour.

  • Max le 25.09.2020 10:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout à fait d’accord avec @Vienne Luc Et on appelle « ça » des humains !!! Cherchez l’erreur !!! Non, ce n’est pas un jeu. Cela ne devrait pas exister mais quand les personnalités ont le bras dedans, il est difficile de s’en sortir et de prendre les dispositions adéquates.

Les derniers commentaires

  • Max le 25.09.2020 10:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout à fait d’accord avec @Vienne Luc Et on appelle « ça » des humains !!! Cherchez l’erreur !!! Non, ce n’est pas un jeu. Cela ne devrait pas exister mais quand les personnalités ont le bras dedans, il est difficile de s’en sortir et de prendre les dispositions adéquates.

  • Vienne Luc le 25.09.2020 07:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Dans un pays où les cartels sont capables de découper les avants bras d'une femme vivante avant de la décapiter au couteau de boucher, rien ne m'étonnera plus. Ce qui m'interpelle par contre, c'est de croire que ces mêmes sauvages deviennent "civilisés" dès lors qu'ils reçoivent un permis de séjour.

    • Danger zone le 25.09.2020 12:09 Report dénoncer ce commentaire

      Ils pendent des mecs la tête en bas jambes écartées, et les découpent à la tronçonneuse verticalement..