Mauritanie

10 août 2020 08:01; Act: 10.08.2020 12:42 Print

Le président El Ghazouani nomme un gouvernement

Suite au rapport d’une commission parlementaire sur la gestion de son prédécesseur, le président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a procédé à un remaniement ministériel.

storybild

Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, président depuis août 2019, fut le chef de cabinet et ministre de la Défense de son prédécesseur. (Photo REGIS DUVIGNAU / POOL / AFP) (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

La présidence mauritanienne a annoncé la formation d’un nouveau gouvernement dimanche soir, après un rapport parlementaire liant d’anciens ministres à des affaires financières de l’ex-dirigeant Mohamed Ould Abdel Aziz. Adama Bocar Soko, le secrétaire général de la présidence mauritanienne, a déclaré au cours d’une conférence de presse dans la capitale Nouakchott que ce remaniement allait donner aux ministres cités dans le rapport «le temps dont ils auront besoin pour prouver leur innocence».

Le président mauritanien Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani avait procédé jeudi, sans en donner la raison, à un changement de Premier ministre et annoncé un remaniement ministériel, au lendemain de la remise à la justice du rapport d’une commission parlementaire sur la gestion de son prédécesseur, Mohamed Ould Abdel Aziz. Jusqu’à l’annonce de dimanche, la présidence mauritanienne n’avait pas établi de lien entre le remaniement et le rapport sur Mohamed Ould Abdel Aziz, au pouvoir de 2008 à 2019.

Peu de changements

Parmi les dossiers étudiés par les neuf membres de la commission parlementaire, formée en janvier, figurent la gestion des revenus pétroliers, la vente de domaines de l’État à Nouakchott, la liquidation d’une société publique qui assurait l’approvisionnement de ce pays sahélien en denrées alimentaires ou encore les activités d’une société chinoise de pêche, Pully Hong Dong, selon des sources parlementaires.

Le parquet d’un tribunal de la capitale a fait savoir mercredi qu’il avait reçu le rapport. Il doit ouvrir une enquête au terme de laquelle une instruction va être éventuellement ouverte et a promis des investigations «en toute impartialité». Quatre ex-ministres ont été cités dans ce document, dont l’ancien Premier ministre Ismaïl Ould Bedda Ould Cheikh Sidiya, remplacé jeudi. Le nouveau gouvernement reste néanmoins assez similaire au précédent : 18 ministres ont été reconduits dans leurs fonctions. Adama Bocar Soko a précisé que le nombre des ministères avait été réduit à 22, certains ayant été fusionnés.

(L'essentiel/AFP)