En Nouvelle-Zélande

26 avril 2019 07:34; Act: 26.04.2019 10:10 Print

Le prince William en visite à Christchurch

À Christchurch, le prince William a rendu hommage, vendredi, à la réaction des Néo-Zélandais, après le carnage des mosquées.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Le prince William a rencontré vendredi à Christchurch des survivants du carnage commis le 15 mars dans des mosquées de la ville, et rendu hommage à la réaction «remarquable» des Néo-Zélandais, après cette tragédie.

Environ 160 personnes étaient rassemblées à la mosquée al-Nour pour la venue du petit-fils de la reine Elizabeth II, laquelle est officiellement la cheffe de l’État néo-zélandais. Six semaines après la mort de 50 fidèles musulmans tués par un suprématiste blanc australien, le prince William a dit être aux côtés des Néo-Zélandais, des habitants de Christchurch et des musulmans.

«Vous êtes restés debout, ensemble»

Cet «acte de violence était destiné à changer la Nouvelle-Zélande, mais vous avez montré dans le deuil de la Nation la profondeur de votre empathie, de votre compassion, de votre chaleur et de votre amour», a-t-il dit en arrivant à la mosquée, après avoir rencontré les médecins et infirmiers qui s'étaient occupés des blessés le jour du carnage.

«Dans un moment de vive douleur, vous êtes restés debout, ensemble. Vous avez montré quelque chose de remarquable en réaction à la tragédie», a-t-il relevé. «Je veux vous dire ma gratitude pour ce que vous avez enseigné au monde ces dernières semaines. Je partage votre optimisme, (...) votre deuil». «Puissent les forces de l'amour toujours prévaloir sur les forces de la haine (...) Il faut combattre l'extrémisme sous toutes ses formes», a-t-il ajouté.

«Nous devons entretenir l'espérance»

Un impressionnant dispositif de sécurité était en place, avec des hélicoptères survolant le quartier. Le prince avait été accueilli à la mosquée par l'imam Gamel Fouda, la Première ministre Jacinda Ardern et Farid Ahmed, un rescapé dont l'épouse a été abattue le 15 mars.

Cet homme en fauteuil roulant avait ému le monde entier, en préconisant au nom de sa religion l'amour et la pitié. «Je choisis la paix et j'ai pardonné», avait-il déclaré devant des dizaines de milliers de personnes, à Christchurch, lors d'une cérémonie du souvenir. «Nous devons entretenir l'espérance et ne pas nous abandonner à la haine», a-t-il dit au prince.

Le prince William, qui s'était déjà rendu à Christchurch, dans la foulée du séisme qui avait fait 185 morts en 2011, achèvera vendredi, sa brève visite, en déposant une gerbe au mémorial érigé après ce tremblement de terre.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.