Maroc/Scandinavie

23 avril 2019 13:21; Act: 23.04.2019 13:34 Print

Le procès des touristes tuées s'ouvrira le 2 mai

Vingt-quatre personnes au Maroc vont comparaître à partir du 2 mai, devant la cour d'appel de Salé, près de Rabat.

storybild

Les deux jeunes femmes ont été sauvagement assassinées dans le Haut-Atlas marocain. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le procès du double meurtre «terroriste» de deux touristes scandinaves, mi-décembre, dans les montagnes de l'Atlas au Maroc, s'ouvrira le 2 mai, devant la cour d'appel de Salé, près de Rabat, a-t-on appris mardi, auprès de la défense.

Vingt-quatre accusés vont comparaître pour «apologie du terrorisme», «atteinte à la vie de personnes avec préméditation» ou «constitution de bande terroriste», a déclaré l'avocat Saad Sahli, qui défend des personnes mises en cause dans ce dossier. Parmi elles, un Hispano-suisse installé au Maroc et arrêté quelques jours après le double meurtre pour ses liens présumés avec les principaux suspects. Les autorités le soupçonnent d'être «imprégné de l'idéologie extrémiste».

Amateurs de randonnée

Louisa Vesterager Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans et son amie Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans, ont été tuées dans la nuit du 16 au 17 décembre au Maroc, où elles étaient en vacances.

Leurs corps ont été découverts sur un site isolé du Haut-Atlas, dans un secteur prisé des amateurs de randonnée. Les deux victimes ont été décapitées dans un acte qualifié de «terroriste» par Rabat.

Vidéo de l'exécution

Les autorités marocaines avaient alors annoncé une vingtaine d'arrestations en lien avec cette affaire, qui a suscité une vive émotion en Norvège, au Danemark et au Maroc. Une vidéo montrant l'exécution d'une des deux victimes, largement relayée sur les réseaux sociaux, avait par ailleurs provoqué l'effroi dans le royaume.

Les quatre principaux suspects appartenaient à une cellule inspirée par l'idéologie du groupe État islamique (EI) mais «sans contact» avec ses anciens cadres en Syrie ou en Irak, selon le patron de l'antiterrorisme au Maroc.

Épargné par les attentats commis au nom de l'EI, le royaume avait été meurtri par des attaques à Casablanca (33 morts en 2003) et à Marrakech (17 morts en 2011).

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.