Aux Pays-Bas

19 juin 2019 14:46; Act: 19.06.2019 15:34 Print

Le procès du MH17 abattu attendu en mars 2020

Trois Russes et un Ukrainien seront jugés pour meurtre en 2020 aux Pays-Bas, dans le cadre de l'enquête sur le crash du vol MH17, abattu en 2014 au-dessus de l'est séparatiste de l'Ukraine par un missile russe.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Il s'agit des Russes Sergueï Doubinski, Igor Guirkine et Oleg Poulatov ainsi que de l'Ukrainien Leonid Khartchenko. «Aujourd'hui nous délivrerons les mandats d'arrêt internationaux pour les premiers suspects que nous poursuivrons. Ils seront également placés sur les listes nationales et internationales des personnes recherchées. C'est pourquoi nous donnons leurs noms complets et publions leur photo», a précisé le chef de la police néerlandaise, Wilbert Paulissen, au cours d'une conférence de presse.

Selon le procureur néerlandais Fred Westerbeke, "les quatre (suspects) sont accusés d'avoir convoyé dans l'est de l'Ukraine le système (de missiles antiaériens) BUK", utilisé selon les enquêteurs pour tirer le missile ayant abattu le 17 juillet 2014 le Boeing de la Malaysia Airlines au-dessus de la zone de conflit armé dans l'est séparatiste pro-russe de l'Ukraine. Les 283 passagers, dont 196 Néerlandais, et les 15 membres de l'équipage avaient péri.

Poutine

«Les quatre suspects sont poursuivis en premier lieu pour avoir causé le crash du vol avec pour conséquence la mort de tous les passagers de l'avion. En deuxième lieu, ils sont poursuivis pour le meurtre des 298 passagers de l'avion», a-t-il expliqué. L'un des suspects, Igor Guirkine, a démenti mercredi toute implication des séparatistes ukrainiens pro-russes dans la tragédie : "Tout ce que je peux dire, c'est que le Boeing n'a pas été abattu par les rebelles", a affirmé le Russe, qui était l'un des chefs de guerre des séparatistes à l'époque du crash. Il a annoncé qu'il n'entendait pas témoigner dans le cadre de cette affaire. Silene Fredriksz, dont le fils et la belle-fille avaient péri dans la tragédie, s'est dite «heureuse que le procès puisse enfin débuter». «C'est un début. Je suis satisfaite», a-t-elle ajouté. Quand on lui a demandé qui était responsable du crash, elle a répondu: le président russe Vladimir «Poutine, parce qu'il a rendu cela possible. Il est le principal responsable».

L'équipe internationale d'investigation conjointe (Joint Investigation Team, JIT), conduite par les Pays-Bas et composée d'enquêteurs d'Australie, de Belgique, de Malaisie, des Pays-Bas et d'Ukraine, avait annoncé en mai 2018 avoir établi que le missile ayant abattu l'avion provenait de la 53e brigade antiaérienne russe basée à Koursk (ouest de la Russie). Les Pays-Bas et l'Australie, dont 38 ressortissants figuraient parmi les victimes, ont ouvertement accusé la Russie d'être responsable de la mort de leurs ressortissants après les révélations de la JIT. Pour la première fois, la responsabilité de cette catastrophe était ouvertement imputée à Moscou, qui a nié avec véhémence, rejetant la faute sur Kiev.

Contumace

La tragédie reste un sujet hautement sensible aux Pays-Bas, où le Premier ministre Mark Rutte n'a jamais caché que trouver les coupables et les traduire en justice étaient un de ses objectifs les plus importants. Parallèlement, le groupe d'investigation journalistique Bellingcat a indiqué qu'il dévoilerait mercredi le nom "des individus liés à la destruction du MH17", en précisant que ses investigations étaient "totalement indépendantes et distinctes de l'enquête" officielle. «Nous espérons avoir des noms et fonctions de suspects», a confié à l'AFP Piet Ploeg, président d'une association des familles et qui a perdu trois proches lors du crash. «C'est un pas très important vers un procès», a-t-il ajouté.

Les députés néerlandais ont ratifié en 2018 un accord signé avec l'Ukraine pour que soient engagées aux Pays-Bas les éventuelles poursuites judiciaires à l'encontre des responsables de la catastrophe. Il se pourrait toutefois que les suspects soient jugés par contumace, la Russie n'extradant pas ses ressortissants poursuivis à l'étranger. Le crash du vol MH17 avait encore détérioré les relations entre la Russie et les pays occidentaux, déjà au plus bas après l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par Moscou en 2014 et le déclenchement du conflit dans l'est avec les séparatistes, que la Russie est accusée de soutenir, ce qu'elle nie.

Après les révélations des enquêteurs sur l'origine russe du missile, l'Union européenne et l'OTAN avaient exhorté Moscou à reconnaître sa "responsabilité". Les ministres du G7 avaient ensuite appelé en juillet la Russie à "reconnaître son rôle" dans cette affaire, déclarant que l'enquête avait conduit à des conclusions "convaincantes" et "profondément troublantes" sur son implication. Les enquêteurs se sont engagés à étudier "avec soin" les affirmations de la Russie, tout en notant que des informations qu'elle avait précédemment fournies, telles que la présence sur les images radar d'un avion de combat ukrainien près de l'avion de Malaysia Airlines, s'étaient avérées "incorrectes".

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Koursk le 20.06.2019 07:41 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi l'année prochaine?

  • ..!!.. le 19.06.2019 22:20 Report dénoncer ce commentaire

    Comment le missile en question est il arrivé de la région de Kiev en Ukraine de l'est? Comment en vient il à ces 4 personnes là, s'il avait parlé d'un escadron russe, ou d'une milice rebelle on aurait compris, mais pourquoi justement ceux-là? Autre question à laquelle il ne donne pas de réponse: Qu'ont fait les deux chasseurs ukrainiens à côté du Boeing et d'où viennent les impacts de balles sur la carlingue?

Les derniers commentaires

  • Koursk le 20.06.2019 07:41 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi l'année prochaine?

  • ..!!.. le 19.06.2019 22:20 Report dénoncer ce commentaire

    Comment le missile en question est il arrivé de la région de Kiev en Ukraine de l'est? Comment en vient il à ces 4 personnes là, s'il avait parlé d'un escadron russe, ou d'une milice rebelle on aurait compris, mais pourquoi justement ceux-là? Autre question à laquelle il ne donne pas de réponse: Qu'ont fait les deux chasseurs ukrainiens à côté du Boeing et d'où viennent les impacts de balles sur la carlingue?