Aux États-Unis

06 janvier 2020 08:29; Act: 06.01.2020 10:02 Print

Le procès Weinstein s'ouvre à New York

Le procès contre le producteur, un faiseur d'Oscars longtemps vénéré, est prévu pour durer six semaines.

storybild

Une condamnation de l'ex-patron du studio Miramax serait une victoire majeure pour le mouvement #MeToo. (photo: AFP/Jeenah Moon)

Sur ce sujet
Une faute?

Le procès du producteur de cinéma Harvey Weinstein, accusé de multiples agressions sexuelles, doit s'ouvrir lundi, à Manhattan, rendez-vous crucial pour le mouvement #MeToo qui espère des sanctions pénales, après avoir fait chuter de nombreux hommes de pouvoir.

Depuis les premières révélations du New York Times début octobre 2017, plus de 80 femmes, dont des célébrités comme Gwyneth Paltrow, Angelina Jolie ou Léa Seydoux, ont accusé l'ex-magnat hollywoodien, un faiseur d'Oscars longtemps vénéré, de les avoir harcelées ou agressées sexuellement.

Risque de perpétuité

Mais le procès ne concerne directement que deux d'entre elles, ce qui montre la difficulté de construire un dossier pénal sans preuve matérielle et sans témoin, autour de faits remontant souvent à plusieurs années. L'ancienne assistante de production Mimi Haleyi affirme qu'Harvey Weinstein l'a agressée sexuellement dans son appartement new-yorkais en juillet 2006. La seconde victime présumée, demeurée anonyme, l'accuse d'un viol en mars 2013, dans une chambre d'hôtel new-yorkaise.

L'acte d'accusation, modifié en août, inclut une troisième femme, l'actrice Annabella Sciorra, qui affirme avoir été sexuellement agressée par M. Weinstein en 1993. Les faits la concernant sont prescrits, mais doivent permettre à l'accusation d'étayer le chef d'inculpation de comportement sexuel «prédateur», qui fait risquer la perpétuité au producteur de 67 ans.

Une condamnation de l'ex-patron du studio Miramax serait une victoire majeure pour le mouvement #MeToo et l'organisation Time's Up née dans son sillage, qui combat harcèlement sexuel et discrimination à Hollywood et au-delà.

«Ce procès est crucial pour montrer que partout, les prédateurs doivent rendre des comptes, et que briser le silence peut apporter de vrais changements», ont déclaré 25 des accusatrices du producteur dans un communiqué vendredi. Sept d'entre elles doivent tenir un point presse lundi matin.

Rarissimes procès

Car si depuis 2017 #MeToo a fait tomber de nombreux hommes de pouvoir, la quasi-totalité a échappé à des poursuites pénales. Le seul autre procès en vue concerne le chanteur R. Kelly, inculpé l'an dernier d'agressions sexuelles sur des jeunes femmes, parfois mineures. L'acteur américain Bill Cosby a été condamné en septembre 2018 à trois ans de prison minimum, mais les poursuites avaient commencé avant l'affaire Weinstein.

Ce procès, prévu pour durer six semaines, s'annonce comme l'un des plus suivis de l'année: quelque 150 journalistes, sans compter ceux qui suivent régulièrement les tribunaux new-yorkais, ont demandé un accès à la salle d'audience qui ne compte qu'une centaine de places.

Des accusatrices du producteur et des militantes pourraient également se presser sur les bancs du public, pour soutenir les victimes présumées du producteur face aux contre-interrogatoires de la défense qui s'annoncent sans pitié. Si Harvey Weinstein est devenu un paria pour l'opinion, l'accusation est loin d'être assurée d'obtenir la condamnation du producteur, qui a toujours assuré que ses relations sexuelles étaient consenties.

Bien avant le procès, les avocats de M. Weinstein, deux fois marié et père de cinq enfants, ont tenté de saper les témoignages des deux victimes présumées. Ils ont produit courriers électroniques et textos montrant qu'elles étaient chacune restées en contact avec lui, plusieurs mois après les faits supposés.

«Je me concentrerai sur mes enfants, ma santé»

Leur première bataille sera celle de la sélection des jurés, pour tâcher d'écarter les sympathisants du mouvement #MeToo. Elle doit commencer mardi et pourrait prendre deux semaines. Dans une interview par mail avec CNN publiée samedi, M. Weinstein, qui ne devrait pas témoigner au procès, a indiqué qu'il entendait «prouver (son) innocence et laver (son) nom».

En cas d'acquittement, «je me concentrerai sur mes enfants, ma santé», a indiqué le sexagénaire, qui suit une thérapie depuis octobre 2017. Et s'il retourne un jour au cinéma, ce sera pour «construire des endroits qui aident à guérir et soulager les autres».

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Phi le 06.01.2020 20:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ces Dames quil portent plainte sont tous des anges !!! Plusieurs marriages Liaisons etc. des vraies anges.

  • Claude le 06.01.2020 10:29 Report dénoncer ce commentaire

    C'est loin d'être gagné.

  • xbox460 le 06.01.2020 12:55 Report dénoncer ce commentaire

    Un procès retentissant, on est parti pour six semaines de médiatisation intensives.

Les derniers commentaires

  • Phi le 06.01.2020 20:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ces Dames quil portent plainte sont tous des anges !!! Plusieurs marriages Liaisons etc. des vraies anges.

  • fait le 06.01.2020 20:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au travail : les femmes sont violentes envers les femmes aussi jalousie méchanceté . Metoo devrait dénoncer la violence des femmes au travail

  • Lucien Lachance le 06.01.2020 17:08 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut apporter un peu de moralité dans le monde du cinéma en sécurisant le recrutement et en s'assurant des motivations réelles des candidat(e)s.

  • Marie Lougoutte le 06.01.2020 16:41 Report dénoncer ce commentaire

    Ça va être affligeant. Si au moins on avait des preuves.

  • Vladimir le 06.01.2020 15:46 Report dénoncer ce commentaire

    Combien de femmes sont agressées, humiliées, violentées chaque jour dans le monde? #metoo n'a rien changé ou presque, il faut mesures plus fortes, et d'urgence !!!